Par Randonnée

Une avalanche mortelle dans les Alpes

Deux skieurs sont morts mardi dans deux avalanches distinctes dans les Alpes, deux autres étaient toujours portées disparues mercredi… Deux skieurs sont morts mardi dans deux avalanches distinctes dans les Alpes et deux personnes emportées par l’une de ces deux coulées étaient toujours portées disparues mercredi matin, a-t-on appris auprès des autorités. Lire la suite “Une avalanche mortelle dans les Alpes”

Par Randonnée

Le mal aigu des montagnes a encore frappé sur l’Everest

everest-bouchon-mondeDeux alpinistes, un Néerlandais et une Australienne, sont morts lors de la descente du sommet de l’Everest. Ces deux décès portent à quatre le nombre de morts dans l’Himalaya cette saison, a annoncé samedi 21 mai leur tour opérateur. L’alpiniste néerlandais, Eric Arnold, 35 ans, est mort dans son sommeil au Camp 4, à environ 8 000 mètres d’altitude, des suites du mal aigu des montagnes. “Nous en avons été informés par le chef de cordée, Arnold Coster, au camp de base”, a expliqué le sherpa Pasang Phurba. Eric Arnold avait publié une photo sur son compte Twitter, fier d’avoir atteint, après quatre tentatives manquées, le sommet de l’Everest à 8 850 mètres. Lors de sa précédente tentative l’an passé, il avait été pris dans une avalanche due au séisme au Népal voisin qui a fait près de 9 000 morts.

 

L’alpiniste australienne est morte samedi après-midi en descendant du Camp 4 au Camp 3, a indiqué Pasang Phurba. “Après avoir atteint le sommet hier, elle a dit se sentir très faible et avoir une perte d’énergie (…) signes du mal des montagnes”, a expliqué le sherpa. Agée de 34 ans, Maria Strydom, maîtresse de conférence à l’université Monash de Melbourne, effectuait l’ascension avec son mari, raconte le Sydney Morning Herald (en anglais)

Environ 330 grimpeurs sont parvenus au sommet de la plus haute montagne du monde cette saison, mais deux autres alpinistes sont morts dans l’Himalaya, dont un sherpa népalais qui a fait une chute de 2 000 mètres. Un alpiniste italien est décédé des suites du mal des montagnes en descendant du mont Dhaulagiri. Ce syndrome apparaît au-delà de 3 000-3 500 mètres d’altitude et peut toucher les grimpeurs en excellente santé. Il arrive lorsque le corps n’a pas le temps de s’acclimater à l’altitude.

Source: Francetvinfo

Par La Rando

Peine de mort aux Emirats Arabes Unis

prison-moyen-orientUn officier de police a été condamné à la peine capitale par un tribunal de Dubaï pour avoir «torturé et tué, sans pitié, sa fille de huit ans». Un tribunal de Dubaï a condamné à mort mercredi un Emirati, a rapporté le quotidien Gulf News dans son édition en ligne. L’homme a été reconnu coupable d’avoir torturé ses deux filles, dont l’une est décédée.Un officier de police de 29 ans a été condamné à la peine capitale pour avoir «torturé et tué, sans pitié, sa fille de huit ans Wadima», selon le verdict du tribunal cité par le journal.
Lire la suite…

Par La Rando

Mort d'une Marocaine aux Emirats Arabes Unis

dubai-emirats-arabes-unisLe week-end dernier, le corps d’une Marocaine gisant dans une mare de sang a été retrouvé au bas de son immeuble à Sharjah aux Emirats-Arabes Unis. Elle vivait dans un appartement situé au 35ème étage. Alors qu’une enquête a été ouverte pour déterminer comment est morte la jeune femme, certains journalistes et médias émiratis affirment, avant même d’attendre les conclusions de l’enquête, qu’il s’agit là d’un suicide.
Layla, c’était le prénom de cette jeune Marocaine de 28 ans qui a été retrouvée morte en bas de son immeuble à Al Nahda à Sharjah, dimanche 10 février dernier, rapporte The Gulf Today dans un article publié aujourd’hui. D’après le journal, elle serait tombée de la fenêtre de son appartement situé au 35ème étage de l’immeuble, appartement dans lequel elle vivait et louait avec une autre femme, dont la nationalité n’est pas précisée.
Après avoir été alertée, c’est vers les 19h que la police arrive sur les lieux de l’immeuble où elle découvre le corps de la jeune femme gisant dans une mare de sang. Le corps a été ensuite transféré au laboratoire médico-légal pour autopsie pour déterminer les causes de sa mort. Une enquête a été également ouverte pour savoir s’il s’agit d’un crime ou d’un suicide. Rien de vraiment choquant à ce stade. C’est à priori la procédure normale à suivre.
Lire la suite…