La turista en randonnée

Partir en randonnée peut s’avérer assez dramatique si on se prépare mal lorsqu’on voyage dans un pays étranger où les habitudes alimentaires sont différentes de la nôtre. Même en France, en été, les changements d’habitudes alimentaires et la chaleur favorisent ce qu’on appelle la turista. Le point sur les médicaments anti-diarrhéiques et sur les gestes de prévention. Oui et non. Ils ont tous un effet mais il s’exerce de différentes façons.

Certains anti-diarrhéiques ralentissent uniquement le transit (lopéamide). D’autres sont des antisécrétoires intestinaux (racécadotril) ou des topiques qui protègent la muqueuse digestive et “piègent” les toxines (diosmectite). Sans oublier les levures, qui restaurent votre flore intestinale.

Ce n’est, en principe, pas recommandé, sauf cas exceptionnel sur avis médical.Pour prévenir la turista (appelée aussi diarrhée du voyageur), il faut éviter l’ingestion d’aliments crus, de boissons non capsulées ou non décapsulées devant vous, de glaçons et de sorbets artisanaux.Indispensable: le lavage régulier des mains avec du savon ou l’utilisation d’une solution hydro-alcoolique.

Certainement pas. Supprimer les crudités, les graisses, les légumes verts, les plats épicés, les glaces, les desserts lactés et les fromages, oui. Mais c’est pour privilégier le riz, les carottes cuites et les viandes grillées.Et surtout, il faut boire, au moins deux litres par jour pour compenser les pertes hydriques.

Si la diarrhée dure plus de 48 heures, s’accompagne de fièvre, de signes de déshydratation (perte de poids, fatigue, soif intense, malaise, yeux creusés ou cernés), ou de sang dans les selles.

Lire la suite sur TopSante.com