Par La Rando

L’Arabie saoudite n’aura pas les îles de Tiran et Sanafir

îles de Tiran et Sanafir arabie saouditeLe tribunal administratif égyptien a ordonné mardi l’annulation de l’accord signé en avril dernier entre Le Caire et Riyad sur la démarcation de leur frontière maritime, selon lequel les îles de Tiran et Sanafir, situées en mer Rouge, se trouvent au sein des eaux territoriales saoudiennes.

Le tribunal a déclaré que l’abandon de tous les droits de ces deux îles à l’Arabie saoudite était nul et non avenu. L’accord aurait dû être présenté à la Chambre des représentants pour être débattu et ratifié.

Lire la suite “L’Arabie saoudite n’aura pas les îles de Tiran et Sanafir”

Par La Rando

Soutien du Maroc à Bahreïn

Hamad Ben Issa Al Khalifa mohamed 6 maroc bahrein“Le royaume du Maroc exprime son soutien total aux mesures juridiques, administratives et sécuritaires, adoptées récemment par le royaume frère du Bahreïn pour préserver son unité nationale, sa sécurité et sa stabilité”. C’est ce que dit un communiqué diffusé mardi 21 juin par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

En plus de réitérer “son soutien aux efforts sincères déployés par le royaume du Bahreïn” afin de “renforcer les bases du dialogue national, consolider l’édifice démocratique et consacrer la stabilité et la cohésion entre les Lire la suite “Soutien du Maroc à Bahreïn”

Par La Rando

La politique de l’Arabie Saoudite au Moyen-Orient

Arabie saouditeDepuis le remaniement dynastique en Arabie saoudite début 2015, le royaume saoudien mène une politique ouvertement plus interventionniste, elle se manifeste par une attitude très hostile envers l’Iran, par une intervention militaire meurtrière et illégale du point de vue du droit international au Yémen et un engagement de plus en plus visible dans la guerre par procuration menée en Syrie. Dans une politique de fuite en avant, épaulé par son allié turque et américain, le royaume mène une politique régionale agressive et belliqueuse Lire la suite “La politique de l’Arabie Saoudite au Moyen-Orient”

Par La Rando

Qui dirige vraiment l’Arabie saoudite ?

arabie saoudite politiquePortrait des trois personnalités les plus puissantes du royaume.

Salman Ibn Abdelaziz, le transmetteur

À près de 80 ans, Salman Ibn Abdelaziz est monté d’un pas chancelant sur le trône à la mort de son demi-frère Abdallah, en janvier 2015. Vingt-cinquième fils -d’Abdelaziz Ibn Saoud, fondateur de l’État saoudien moderne, il sera le sixième et probablement le dernier à régner, ayant désigné comme héritier Lire la suite “Qui dirige vraiment l’Arabie saoudite ?”

Par La Rando

Conseil de sécurité de l’ONU: l’Arabie saoudite

onu-arabie-saouditeL’Arabie saoudite a exigé un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU après le refus récent du siège temporaire, a indiqué la chaîne de télévision Al Arabia du samedi.

Cette exigence a été annoncée par l’Ambassadeur d’Arabie saoudite à l’Organisation des Nations Unies, Abdullah al-Mouallami. Il a déclaré que les représentants du Conseil de sécurité ne peuvent pas résoudre les problèmes du Moyen-Orient. Le fonctionnaire a également critiqué le système de prise de décisions au Conseil de sécurité en raison du veto des 5 grands pays membres.

En octobre dernier, l’Arabie saoudite a été élue membre du Conseil de sécurité pour 2014-2015.
Source: La Voix de la Russie

Par La Rando

Business au Qatar et politique avec Sarkozy

sarkozy-argent-qatarAnalyse tirée du journal Le Monde du 11 mars 2013 dans laquelle j’apporte des compléments d’information sur le fonds d’investissement du Qatar : “Ce n’est pas parce qu’il est ancien président de la République qu’il est voué à devenir trappiste.” Claude Guéant, l’ancien secrétaire général de l’Elysée, a défendu, dimanche 10 mars sur France Inter, les ambitions de Nicolas Sarkozy. Mais, entre la politique et l’argent, l’ancien président, âgé de 58 ans et replié dans ses locaux de la rue Miromesnil à Paris, peine à choisir. La planète médiatique s’en mêle.
Jeudi, Nicolas Sarkozy s’est présenté en recours pour sauver la France du naufrage dans un entretien non assumé à l’hebdomadaire de droite Valeurs actuelles. L’affaire fait un flop, et deux jours plus tard, le quotidien britannique Financial Times lui prédit un avenir dans le business. Dans un article du 9 mars, cosigné par son directeur de la rédaction Lionel Barber, le FT explique que le Qatar a proposé à l’ancien chef d’Etat d’apporter 500 millions d’euros dans un fonds qui investirait en Espagne, au Maroc et au Brésil.
Bref, les pays où Nicolas Sarkozy se sent bien : l’Espagne, où il a l’amitié de l’ancien premier ministre conservateur José Maria Aznar et les réseaux de son ami Alain Minc ; le royaume du Maroc, son lieu de villégiature ; le Brésil, le pays de l’ancien président Lula et du père naturel de sa femme, Carla Bruni.

“Il reçoit beaucoup de propositions, mais il n’en a tranché aucune”, confirme l’entourage de Nicolas Sarkozy, qui lâche que le quotidien des affaires de la City essaie depuis des mois d’écrire un article sur le sujet. Cette fois-ci serait-elle la bonne ? Nicolas Sarkozy n’aurait pas un rôle opérationnel, mais serait apporteur d’affaires, un homme de contacts. Son ancien conseiller Alain Minc indique que “Nicolas Sarkozy n’a rien décidé et, de toute façon, il n’a pas que la possibilité indiquée par le Financial Times”. Selon lui, “l’article est erroné en ce qu’il se concentre exclusivement sur le Qatar”.
Lire la suite sur mon Blog Le Monde…

Par La Rando

Déportation massive des Libanais au Golfe

liban-photoLes pays du Conseil de coopération des États arabes du golfe Persique ont annoncé la déportation massive des citoyens du Liban.
Il est supposé que l’extradition va toucher ceux qui sont liés aux mouvements pro-iraniens, que, selon les pays du Golfe, l’Iran utilise comme une cinquième colonne dans la guerre pour la suprématie dans le monde sunnite.
Le nombre de vols sera également réduit de deux fois entre le Liban et les États du Golfe. Les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Koweït font leurs possibles pour geler la qualité de membre du Liban dans la Ligue arabe.
Source