Par La Rando

Un Toulousain sur l’Aconcagua (6962m)

Dimanche 16 décembre 2018, un Toulousain a atteint le sommet de l’Aconcagua (6962m), situé en Argentine. Une expédition menée pour l’association Hôpital Sourire. Ce n’est qu’un tout petit morceau de tissu, avec des inscriptions à la main, qui a flotté au sommet de l’Aconcagua (Argentine), le 16 décembre 2018. Mais pour que cette banderole à l’effigie de l’association Hôpital Sourire puisse atteindre les 6962m d’altitude, un homme l’a embarquée dans son expédition : Vincent Saura. Lire la suite “Un Toulousain sur l’Aconcagua (6962m)”

Par La Rando

Quand les faucons attaquent l’Argentine

Argentine usa criseLa justice des États-Unis vient de condamner l’Argentine à payer en totalité des titres de créances pourtant rachetés à vil prix par des fonds spéculatifs spécialisés. Une affaire aux conséquences redoutables, d’abord pour le peuple argentin, ensuite parce qu’elle risque de bloquer toute possibilité de restructuration des dettes publiques.

La justice des États-Unis a encore frappé (lire aussi “Affaire BNP Paribas : le problème des deals de justice”). Le 18 juin, la Cour suprême des États-Unis a refusé de mettre en cause le jugement d’un tribunal de New York condamnant l’Argentine à payer le remboursement à leur valeur initiale (plus les intérêts) d’obligations de la dette publique de l’Argentine détenues par deux fonds spéculatifs appelés, à juste raison, fonds vautours.

C’est une affaire extrêmement grave. Certes, ce n’est pas la première fois que des financiers charognards trouvent dans la justice américaine les moyens de s’enrichir sur le dos de pays en difficulté. Mais c’est tout de même la première fois que la plus haute instance judiciaire des États-Unis leur prête la main. Surtout cela entraîne la menace d’une nouvelle faillite de l’Argentine, et d’un blocage de toute restructuration future d’une dette publique en incitant les créanciers à refuser tout compromis avec les États. Et ceci alors même que de telles restructurations apparaissent de plus en plus nécessaires, pas seulement dans les pays du Sud, mais aussi en Europe. Bref, il est urgent de soutenir l’Argentine et d’agir pour bloquer les possibilités d’action des fonds vautours.

Les biens nommés fonds vautours

Les fonds vautours ne sont pas des épargnants ayant souscrit des titres de dette publique d’un pays, pénalisés par un défaut de ce pays. Ce sont des fonds rachetant au rabais aux banques et aux assurances de vieilles dettes de pays ayant fait faillite pour les attaquer en justice et leur réclamer le paiement intégral de la valeur nominale de leur titres, plus le paiement des intérêts non versés, une fois la solvabilité de ces pays plus ou moins retrouvée. Ils n’ont donc jamais financé les pays qu’ils attaquent. Leur objectif est de faire le maximum d’argent sur la misère du monde et d’exploiter, pour ce faire, tous les filons juridiques possibles. Certes, cela demande du temps, des réseaux de toutes sortes et un lobbying intense. Ces fonds n’en manquent pas. Ils sont en général opaques, localisés dans des paradis fiscaux et dans les mains de milliardaires influents.

Quelques-uns tiennent le haut du pavé de la “profession” : Le groupe Elliott, fondé et dirigé par Paul Singer, a notamment à son tableau de chasse le Pérou. Sa filiale NML est l’un des deux fonds ayant attaqué victorieusement l’Argentine. Une autre filiale, Kensington International, a poursuivi le Congo Brazzaville. L’américain Paul Singer est l’un des principaux contributeurs financiers du Parti républicain.

Le fonds Donnegal international, filiale de Debt Advisory International, s’en est pris à la Zambie. Il est dirigé par Michael Sheehan – qui aime, paraît-il, à se faire appeler Goldfinger – et fut… conseiller des pays pauvres en matière de gestion de leur dette. FG Hemisphere, qui s’est notamment attaqué à la République démocratique du Congo, est dirigé par Peter Grossman, un ancien de la banque Morgan Stanley.

Dart Management est un fonds vautour dirigé par le multi milliardaire Kenneth Dart , exilé fiscal américain et nouveau citoyen du Belize. Il privilégie la recherche d’accords secrets, sous chantage d’une action en justice avec les pays qui restructurent leurs dettes. Il l’a fait avec le Brésil et l’a refait plus récemment avec succès sur le dos de la Grèce. Plutôt que de risquer une action en justice, la Grèce, a décidé en 2012, d’effectuer un remboursement d’un demi-milliard d’euros sur la partie de ses dettes régie sous droit américain et rachetée à bas prix notamment par Dart Management qui a empoché 90% des remboursements.

1.608% de profits en six ans

Il y a certes le risque de ne pas aboutir devant les tribunaux, plus le risque de ne pas être payé malgré un jugement favorable, mais le jeu en vaut la chandelle. Les marges obtenues sont considérables, comme le montre l’évaluation de la Plateforme Dette et développent sur des exemples des années 2000.

Calculé par la plate-forme Dette & Développement et le CNCD à partir des données 2005-2008 du FMI et de la Banque mondiale (cf. le rapport mai 2009 : “Un vautour peut en cacher un autre”).

Lire la suite sur : regards.fr

Par La Rando

Maradona restera à Al Wasl et Dubaï Sport Council

maradona-dubaiLe conseiller du président de Dubaï Sport Council, avec lequel Diego Maradona reste sous contrat malgré son éjection du banc d’Al Wasl, rejette l’hypothèse Montpellier. Younes Bouklit, conseiller de Swaidan Al Naboodah, président d’Al Wasl et de Dubaï Sport Council, avec lequel Diego Maradona est toujours sous contrat, a démenti auprès de Midi Libre que l’Argentin ait eu le moindre contact avec Montpellier en vue de devenir l’entraîneur du champion de France en titre la saison prochaine. Youssef Haijoub, directeur de SGM Agency, qui gérerait l’image de Maradona en France, affirme le contraire, ainsi que… Louis Nicollin lui-même.
Lire la suite…

Par La Rando

Marchés émergents en Amérique latine

Les 25 économies à croissance rapide, selon Ernst & Young, doivent afficher une croissance de +5,4% cette année qui accélérera à +6,4% l’an prochain. Il faut aller chercher la croissance là où elle se trouve. Et c’est forcément dans les marchés «dits à croissance rapide». Dans sa dernière édition qui sort aujourd’hui, Ernst & Young évalue la croissance moyenne des 25 pays émergents passés à la loupe à +5,4 % en 2013 puis à +6,4 % en 2014. L’an dernier, elle était de +4,7%. «L’année du ralentissement est derrière nous» explique Alexis Karklins-Marchay, responsable des pays émergents chez Ernst & Young. Lire la suite “Marchés émergents en Amérique latine”

Par La Rando

Coopération entre la France et l'Argentine

“C’était ici que l’on torturait”: à Buenos Aires, Jean-Marc Ayrault s’est fait décrire vendredi une page sombre de l’histoire argentine, en visitant, une première pour un Premier ministre français, un centre de torture emblématique de la dictature.Dans cette vaste salle en sous-sol de l’Ecole de mécanique de la Marine (Esma), centre de torture pendant la dictature militaire (1976-1983) devenu Musée de la Mémoire, le Premier ministre et son épouse Brigitte, sur le sol argentin pour quelques heures, écoutent les détails fournis par le guide des lieux. Lire la suite “Coopération entre la France et l'Argentine”

Par La Rando

Alstom en Argentine

BUENOS AIRES (Dow Jones)–Plus d’une vingtaine d’entreprises, dont le groupe industriel français Alstom (ALO.FR), participent à un appel d’offres pour la construction de deux barrages hydroélectriques en Argentine, dans le cadre d’un projet d’un montant total de 5 milliards de dollars (3,83 milliards d’euros).Les candidats à l’appel d’offres – parmi lesquels des entreprises basées en Argentine, au Brésil, en Chine en Corée du Sud et en Espagne – sont réunis au sein de cinq consortiums. Lire la suite “Alstom en Argentine”

Par La Rando

Le FMI et l'Argentine

Le FMI a ouvert la voie vendredi à des sanctions contre l’Argentine pouvant aller jusqu’à l’exclusion du Fonds, en adoptant pour la première fois de son histoire une “déclaration de censure” contre le pays, accusé de tronquer ses statistiques économiques.Après plusieurs ultimatums, le conseil d’administration du FMI, qui représente ses 188 Etats-membres, a, dans un communiqué, appelé Buenos Aires à corriger “sans délai” les inexactitudes de Lire la suite “Le FMI et l'Argentine”