Coopération entre la France et l'Argentine

“C’était ici que l’on torturait”: à Buenos Aires, Jean-Marc Ayrault s’est fait décrire vendredi une page sombre de l’histoire argentine, en visitant, une première pour un Premier ministre français, un centre de torture emblématique de la dictature.Dans cette vaste salle en sous-sol de l’Ecole de mécanique de la Marine (Esma), centre de torture pendant la dictature militaire (1976-1983) devenu Musée de la Mémoire, le Premier ministre et son épouse Brigitte, sur le sol argentin pour quelques heures, écoutent les détails fournis par le guide des lieux.
Modifié par la dictature en 1969 pour cacher la vérité, cet immense espace blanc glace le visiteur: il était à la fois salle de torture, salle de travaux forcés et aussi centre de maternité clandestine, les bébés des opposants étant récupérés pour l’adoption clandestine des couples stériles de militaires ou proches du régime.
Près de 5.000 personnes y ont été torturées. Certaines étaient droguées puis jetées nues depuis des avions dans le Rio de la Plata, des vols surnommés les “vols de la mort”.
Lire la suite…