La passion de l’escalade

La passion de l’escalade se vit bien sûr en montagne, mais elle connait un succès grandissant également à la ville. On compte désormais 86 000 licenciés en France.  Tutoyer les sommets rocheux du bout des doigts à la pointe du pied. Magalie Revol pratique la discipline depuis plus de 20 ans, au grand air, la gestuelle assurée, avec calme et application.

Elle se rend dans la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne), avec ses immenses blocs de grès, à 70 kilomètres de Paris. Ici, c’est l’escalade à l’état pur, réservé jusqu’à présent aux grimpeurs confirmés. En extérieur comme à l’intérieur des villes, grimper est devenu aujourd’hui plus facile. Magalie Revol s’entraine aussi en région parisienne, deux fois par semaine, dans un club : “Ça permet de continuer à progresser, de s’entrainer pendant l’hiver”, estime-t-elle.

 
Tutoyer les sommets rocheux du bout des doigts à la pointe du pied. Magalie Revol pratique la discipline depuis plus de 20 ans, au grand air, la gestuelle assurée, avec calme et application. Elle se rend dans la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne), avec ses immenses blocs de grès, à 70 kilomètres de Paris. Ici, c’est l’escalade à l’état pur, réservé jusqu’à présent aux grimpeurs confirmés. En extérieur comme à l’intérieur des villes, grimper est devenu aujourd’hui plus facile. Magalie Revol s’entraine aussi en région parisienne, deux fois par semaine, dans un club : “Ça permet de continuer à progresser, de s’entrainer pendant l’hiver”, estime-t-elle.

De 57 000 à 97 000 licenciés

L’escalade a poussé les murs des salles municipales et s’est fait une place au milieu des autres sports. 1 000 clubs ont vu le jour en France et le mouvement s’accélère. En dix ans, le nombre de licenciés a quasiment doublé : de 57 000 en 2005, le nombre de passionnés est passé à 97 000 l’an dernier, grâce à un nouveau concept : des blocs, des petits rochers, des murs beaucoup moins hauts. Ici on grimpe sans corde : même les débutants peuvent pratiquer.

Source: Francetvinfo