Par La Rando

Nucléaire : Coopération entre les Émirats et la France

nucleaire dubai emirats arabes unisA l’invitation de l’Autorité fédérale de réglementation nucléaire (FANR), une délégation de l’IRSN s’est rendue en juin 2014 aux Émirats Arabes Unis. Cette visite de deux jours était axée sur l’organisation de crise en cas d’accident nucléaire, les moyens mobiles d’intervention, la R&D ou encore la communication de crise.

L’intérêt porté par la FANR pour l’organisation de crise en France est motivé par la volonté de l’organisme émirien de développer une expertise indépendante dans des situations d’urgence.

En mai 2014, une délégation de la FANR avait assisté à un exercice national de crise à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher). La FANR a ainsi pu observer l’exercice de différents points de vue : celui de l’autorité de sûreté à l’ASN, celui de l’expertise à l’IRSN, celui de l’exploitant chez EDF et celui des autorités locales avec la préfecture.

Deux réacteurs en construction
Les Émirats Arabes Unis construisent actuellement à Barakah, leurs deux premiers réacteurs à eau pressurisée, chacun d’une capacité de 1 400 MWe. Compte tenu des délais serrés avant leur entrée en service – le premier réacteur en 2017 et le second en 2018 -, la FANR a sollicité l’IRSN pour discuter de la façon de mettre en place un dispositif de gestion de crise, en particulier organiser les procédures d’exploitation pour les interventions d’urgence, mettre en place la logistique d’organisation ou encore former le personnel appropriés.

La FANR a également manifesté son intérêt pour plusieurs projets de R&D menées par les plates-formes européennes de recherche dans lesquelles l’IRSN joue un rôle de premier plan.

Source: irsn.fr

Par La Rando

Les Emirats iront à la conférence nucléaire à Vienne

nucleaire-dubaiLes Emirats participeront à une grande conférence annuelle nucléaire à Vienne la semaine prochaine pour discuter des activités et des plans nucléaires du pays.
Les Etats arabes sont prévus d’utiliser l’événement pour exhorter Israël à adhérer au traité de non-prolifération nucléaire et de placer toutes ses installations sous les garanties de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
“La délégation émirienne présentera la progression du programme nucléaire des Emirats ainsi que des informations sur la coopération étroite avec l’agence,” déclare Hamad Alkaabi, le représentant permanent des Emirats à l’AIEA.
“La délégation émirienne se réjouit de la conférence et prévoit de nombreuses réunions parallèles avec des représentants de l’Agence et d’autres délégations pour discuter de la coopération et des questions d’intérêt commun.”
La semaine dernière, Abu Dhabi a délivré des licences pour le troisième et quatrième réacteur nucléaire de Barakah.
“La 58e Conférence générale est l’organe suprême de prise de décision de l’AIEA,” affirme John Bernhard, ancien ambassadeur du Danemark à l’AIEA.
“Elle est organisée une fois par an et examine le travail accompli au cours de l’année précédente et les projets futurs. La réunion a une influence décisive sur les priorités et les questions politiques et techniques traitées par l’AIEA.”
“C’est l’occasion de mettre l’accent sur tout un éventail de questions et d’entendre les pays et leurs représentants,” déclare Elena Sokova, directeur exécutif du Centre de Vienne pour le désarmement et la non-prolifération. «C’est aussi l’occasion pour les pays de promouvoir leur travail dans le domaine de l’énergie nucléaire et de ses applications pacifiques. À cet égard, les Emirats Arabes Unis apportent une expérience très importante à partager avec les collectivités et les grands Etats membres internationaux de l’AIEA. ».
Pour Dr Peter Bode, professeur agrégé en sciences et techniques nucléaires de l’Université de Delft aux Pays-Bas, la conférence est aussi “un moment pour la mise en réseau au niveau politique, pour construire des alliances et d’obtenir des informations sur les développements et les technologies.”
Lady Barbara Judge, ancienne chef de l’Agence britannique de l’énergie atomique, déclare qu’il était vital pour les pays de réaffirmer l’importance de l’énergie nucléaire en tant que source de production propre.
“En ce moment, avec le changement dans l’esprit de tout le monde, l’une des plus importants [questions] est que c’est la seule source [propre] de production,’’ affirme Lady Judge, également vice-présidente du comité de suivi de la Tokyo Electric Power Company.
“L’éolien et le solaire peuvent être très dignes mais, pour le moment, ils ne peuvent pas être parmi la production de base, car dépendant des conditions météo.’’

Source: The National

Par La Rando

Nucléaire aux Emirats arabes unis

nucleaire-arabie-saouditeLa Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) a reçu la visite de Sang-jick Yoon, Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie de la République de Corée, sur le site de Barakah dans la région occidentale de l’émirat d’Abou Dhabi, marquant le partenariat fructueux entre les deux pays et le début de la construction de la deuxième centrale nucléaire des Emirats Arabes Unis.
Khaldoun Khalifa Al Mubarak, Président d’ENEC, a salué l’engagement du gouvernement coréen dans le développement du programme d’énergie nucléaire pacifique des Emirats Arabes Unis, en remerciant le ministre coréen du soutien constant de son gouvernement pour la réalisation d’un programme d’énergie nucléaire de classe mondiale dans les Emirats.
La cérémonie était suivie par le ministre d’Etat et CEO de Masdar, Sultan bin Ahmed Sultan Al Jaber, par Mohammad Ibrahim Al Hammadi, CEO d’ENEC, et par des hauts responsables d’ENEC et de la Korea Electric Power Corporation (Kepco).
Après avoir reçu le permis de construire de l’Autorité fédérale de réglementation nucléaire (FANR), ENEC a versé le premier béton de l’unité 2, marquant le début officiel de la construction de la deuxième centrale nucléaire des Emirats Arabes Unis. La construction prendra cinq ans et la centrale devrait entrer en exploitation commerciale en 2018, sous réserve des approbations réglementaires supplémentaires. Lire la suite sur WAM

Par La Rando

Prolifération nucléaire: union entre les Emirats et le Canada

canada-dubaiEn tournée en Jordanie, aux Émirats arabes unis, au Qatar, à Bahreïn, à Chypre, en Israël et en Cisjordanie, du 29 mars au 10 avril 2013, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird était ce mardi 2 avril à Abou Dhabi.
Le ministre et son homologue des Émirats arabes unis, le cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, ont présenté le plan stratégique de coopération entre les deux pays et  Canada-Émirats et demandé à l’Iran de répondre aux inquiétudes que suscite son programme nucléaire.
«Il y a un peu plus d’un an, nous avons établi [avec les Émirats arabes unis] un plan d’action destiné à renforcer et revitaliser les relations entre le Canada et les Émirats arabes unis», souligne un communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères. Lire la suite sur 45enord.ca