Que mange-t-on au Qatar?

A man eats a Camel Burger at the Local House restaurant in DubaiTout petit pays entre l’Arabie Saoudite et le golfe Persique, le Qatar est reconnu pour sa production de gaz naturel et aussi comme lieu où est née la chaîne de télévision d’information continue Al-Jazeera.
Dans ce pays désertique, où rien ne pousse, 90 % des ingrédients sont importés. Tour d’horizon de ce que l’on mange dans sa capitale, Doha. «Tout ce qui compose mon menu vient de l’étranger», explique le gérant de l’excellent restaurant perse Parisa, Yasser Rezakhami. «Nous devons gérer les aléas de nos voisins. Par exemple, la Syrie est reconnue pour ses agneaux, mais compte tenu de la crise qui sévie dans le pays, nous importons maintenant cette viande d’Australie ou de Nouvelle-Zélande».
Même son de cloche du sous-chef du restaurant asiatique Nusantao de l’hôtel Four Season, Zu Liang Ding. «J’importe directement mes ingrédients de Chine ou du Japon et mes fruits et légumes proviennent souvent d’Inde».

Avec son boom économique des dernières années et l’énorme immigration qui afflue dans le pays, il reste peu d’endroits où manger les plats traditionnels qatariens. La scène culinaire de Doha est, à l’image de son pays, cosmopolite.
Les cuisines orientales sont majoritairement servies dans les restaurants de Doha. Les mets libanais, perses, égyptiens et turcs comblent les assiettes. Les Indiens et Philippins, nouvellement arrivés au pays, ont aussi leurs tables.
Si s’attabler dans les hôtels au Canada est souvent décevant, la majorité des établissements reconnus de Doha se situent dans les chaînes hôtelières. Plusieurs chefs internationaux y ont posé leurs casseroles. Gordan Ramsay et Guy Savoie attirent à la fois la clientèle qatarienne, mais aussi les nombreux expatriés qui habitent la ville. Le prochain à poser ses pénates à Doha sera Nobu d’ici la fin de 2013.
Lire la suite…

Noter cet article