Les allergies en randonnée

En 2050, 50 % de la population mondiale sera touchée par une allergie. Une maladie encore trop banalisée et méconnue des Français. Thibault LiessiIl s’agit de la quatrième maladie dans le monde. Aujourd’hui en France, une personne sur trois née après 1980 est allergique. Pour autant, selon un sondage Ifop pour l’association Asthme & Allergies (qui organise aujourd’hui la 11e édition de la journée française de l’allergie), 47 % estiment que l’allergie n’est pas considérée comme une vraie maladie.

«On sous-estime l’impact d’une allergie. Vivre avec le nez bouché à cause de la rhinite (symptôme le plus fréquent de l’allergie), c’est l’enfer ! Ça touche le sommeil, la vie sexuelle, le physique… Et les cas d’asthme sévère (400 000 personnes) peuvent être mortels. On peut mourir d’une allergie ! », s’alarme ainsi le docteur Bruno Girodet, pneumologue-allergologue à Lyon.

Une impression que les sondés confirment : sur les 34 % des personnes interrogées qui se déclarent allergiques, 61 % estiment que leur entourage a même tendance à banaliser la maladie.

À tout âge

Cette banalisation s’accompagne d’une méconnaissance de la maladie. « On pourrait croire que c’est une maladie purement liée à l’environnement, mais pas seulement. Certaines personnes ont un “terrain génétique” qui favorise le développement de cette maladie », explique le docteur Girodet.

Autre méconnaissance, le développement de la maladie à n’importe quel âge. Si les enfants restent les premières victimes, une allergie peut concerner n’importe quelle tranche d’âge. Les seniors sont aussi concernés, avec un facteur aggravant, la difficulté d’établir le bon diagnostic, ce qu’Asthme & Allergies appelle « l’errance thérapeutique ». Leurs symptômes sont souvent attribués à d’autres causes que l’allergie, retardant la prise en charge.

Lire la suite sur Lalsace…