L’économie africaine bat son plein

immobilier afrique marocOn votait ce dimanche dans quatre pays africains, le Sénégal, le Bénin, le Niger, et Congo-Brazzaville. En toile de fond, l’économie africaine prise entre forte croissance et tensions sociales ou politiques.

C’est toute la difficulté de saisir et de comprendre un continent de 54 pays et de plus d’un milliard d’habitants. Pris globalement, le continent semble tirer son épingle du jeu. Mieux : l’Afrique francophone subsaharienne, hier à la traîne, voit sa situation se transformer, cet ensemble a enregistré les meilleurs taux de croissance du continent, plus de 4 et demi %.  L’an dernier la moitié des dix pays aux plus fortes croissances dans le monde étaient africains. Et la tendance se poursuit en 2016, ce qui signifie que globalement, l’Afrique résiste au ralentissement de l’économie mondiale et notamment à celui de la Chine. Et ça, c’est une très bonne nouvelle. Tout laissait penser que l’effondrement continu des cours des matières premières ces dernières années allait enfoncer dans la récession les pays africains producteurs.  Et il n’en a rien été : tout simplement parce que ces cinq dernières années, l’Afrique a changé de moteur de croissance. L’économie de très nombreux pays s’est diversifiée. Elle repose beaucoup moins d’hier sur les matières premières. Voilà pourquoi l’Afrique est beaucoup plus résiliente aux soubresauts et aux aléas de l’économie mondiale. On peut citer l’exemple du Nigéria, premier producteur d’or noir du Continent : la chute des cours du pétrole n’a pas empêché celle qui est en passe de devenir la première économie africaine, d’afficher une croissance de plus de 4%.

Lire la suite sur France info…