La randonnée et la chasse

Nous ne sommes pas des sangliers! Promeneurs, cueilleurs de champignons, amateurs de vélo tout terrain, usagers pacifiques de la nature… non, nous ne sommes pas des sangliers! Dimanche 15 septembre, un cycliste de 52 ans qui circulait en VTT sur un chemin a été “blessé sérieusement à la gorge” par le tir d’un chasseur. L’accident s’est produit vers 11h sur la commune de Thorigné-Fouillard, au nord-est de Rennes.

Tous les ans la liste est longue de ceux qui sont victimes de ces “accidents”. Savez-vous que de 2004 à 2012 les accidents de chasse ont occasionné 193 victimes mortelles soit près de 2.8 fois plus que le nombre de militaires français -70- tombés au combat en Afghanistan ?! Notre association “CESSEZ le FEU” entend alerter l’opinion publique sur cette réalité.

Sur le terrain, la pratique de la chasse – notamment avec des carabines telles que celles utilisées pour la chasse au grand gibier, équivalentes à des armes de guerre – n’est pas encadrée de façon suffisamment rigoureuse. Le texte faisant autorité en la matière, une circulaire de 1982, a supprimé les périmètres de sécurité existants à l’époque. Il permet à tout porteur d’arme d’en faire usage en direction des habitations, des routes et des chemins s’il estime que ceux-ci sont hors de portée de son arme. Mais cette circulaire ne donne aucune valeur chiffrée précise pour la portée des armes; notre sécurité ne repose donc que sur la seule appréciation du chasseur, même quand celui-ci dispose d’une carabine dont les balles peuvent avoir une portée de cinq kilomètres.

Les pouvoirs publics, y compris au plus haut sommet de l’Etat, n’ignorent rien de cette situation: ils ont été alertés, en de nombreuses occasions, aussi bien par des parlementaires que par des associations.

Nous demandons que l’Etat prenne ses responsabilités, abroge la circulaire 82-152, et encadre de façon rigoureuse l’usage d’arme lié à la pratique de la chasse.

Signez la pétition: CLIQUEZ ICI