La fonte du Groenland

Des scientifiques influents accusent l’un des atlas les plus respectés au monde de s’être trompé dans sa représentation des effets du changement climatique sur la calotte glacière du Groenland.

Dans la 13e édition du Times Comprehensive Atlas of the World, publié en septembre 2011, des cartes montrent que la couche de glace permanente dans les régions du sud et de l’est du Groenland recouvre une zone plus petite qu’en 1999, lors de la dernière édition de l’atlas.

Selon les cartes du nouvel atlas, ce ne sont pas moins de 300.000 kilomètres carrés, soit 15%, de la calotte glaciaire du Groenland, qui auraient fondu. Un chiffre repris par de nombreux médias internationaux.

HarperCollins, la maison d’édition de l’atlas, expliquait dans un kit d’information destiné aux médias:

«C’est une preuve concrète de la façon dont le changement climatique altère le visage de notre planète pour toujours à un rythme alarmant et toujours plus rapide.»

Mais un groupe de sept chercheurs du Scott Polar Research Institute de la prestigieuse université de Cambridge, soutenus par des glaciologues du monde entier, affirment que la carte et le chiffre de 15% sont erronés, rapporte le Guardian, qui avait également repris le chiffre lors de la sortie de l’atlas.

Dans une lettre adressée aux éditeurs de l’atlas, ils expliquent que la calotte glacière du Groenland diminue bien, mais pas à la vitesse décrite dans le livre:

«Affirmer qu’il y a eu une diminution de 15% de la calotte glacière permanente depuis la dernière publication de l’atlas il y a 12 ans est incorrect et trompeur. […] De récentes images satellite du Groenland montrent clairement qu’il y a encore de nombreux glaciers et une calotte glacière permanente là où l’atlas du Times montre des conditions sans glace et l’émergence de nouvelles terres.»

Les chercheurs estiment que le volume de glace a simplement diminué de 0,1% au cours des 12 dernières années. Et d’autres (…) Lire la suite sur Slate.fr

Noter cet article