Inflation au PSG par le Qatar

qatar-psg-davi-David+BeckhamLe recrutement de stars n’est pas sans conséquence pour les supporteurs du PSG : envolée du prix des maillots et des billets des matchs. Acheter des stars coûte cher pour un club mais aussi pour les supporteurs. Ils sont toujours ravis de savoir que Zlatan Ibrahimovic ou David Beckham vont porter le maillot de leur club favori, moins lorsqu’il s’agit de mettre la main à la poche pour aller les voir jouer au Parc des Princes.
Deux chiffres pour illustrer le changement de dimension du PSG. D’abord le 9, pour le nombre de joueurs de l’effectif actuel du club parisien qui affichent un salaire supérieur à celui du footballeur le mieux payé en 2010-2011, dernière saison de Colony Capital, fonds d’investissement américain, comme propriétaire du club parisien. Puis 138 pour la différence en millions entre les dépenses en transferts du Qatar (200 millions) en moins de deux ans et celles de Colony Capital en cinq ans (62 millions).
Pour financer leur recrutement «cinq étoiles», les dirigeants qatariens, qui ont fêté, au début du mois, le premier anniversaire de leur prise de contrôle du PSG, n’ont d’autres choix que d’augmenter leurs recettes pour respecter le «fair-play» financier (équilibrer les dépenses et les recettes) imposé par l’Association européenne de football (UEFA). Trois leviers s’offrent à eux: la billetterie, les produits dérivés et le sponsoring.

Le prix des abonnements grimpe, le nombre d’abonnés aussi
Comme Zlatan Ibrahimovic l’a «gentiment» rappelé aux supporteurs parisiens il y a deux semaines, ils n’ont pas souvent eu l’occasion de voir une star internationale défendre les couleurs du PSG. Un privilège qui a un coût. Conséquence: les abonnements pour les 19 matches de championnat à Paris ont augmenté, en moyenne, de près de 30% par rapport à la saison 2011-2012 et de plus de 20% (si on prend l’abonnement avec les matchs de Coupe). Ces hausses n’ont pourtant pas refroidi les supporteurs parisiens, qui sont 7000 de plus, par rapport à la saison dernière, à s’être abonnés au Parc des Princes. Lire la suite…