Everest: ascension de riche ?

Le Népal envisage de baisser le prix du permis pour effectuer l’ascension du toit du monde.De 25 000 dollars pour un permis individuel jusqu’à 70 000 dollars pour un groupe de 10 personnes : le tarif de base pour accéder au sommet de l’Everest est évidemment dissuasif. Pour attirer un plus grand nombre d’alpinistes au “Sagarmatha” -le nom de l’Everest en népali-, le gouvernement népalais envisage une promotion sur le permis. En moyenne saison -septembre-novembre-, il pourrait coûter moitié prix. En basse saison -décembre-janvier-, la réduction pourrait même atteindre les 75 %. En revanche, le prix resterait inchangé en haute saison (mars à mai).

Ces réductions pourraient également s’appliquer à d’autres sommets plus abordables, les fameux “trekking peaks” disséminés dans le massif de l’Everest mais aussi celui des Annapurna.  Reste à savoir si ces promotions trouveront leur public. La plupart des alpinistes préfèrent en effet logiquement effectuer l’expédition de l’Everest au printemps, quand les conditions météorologiques sont meilleures avec des températures plus élevées et des jours plus longs. La dernière tentée en hiver remonte ainsi à 1999, et la dernière réussie en 1993.

De leur côté, les écologistes préviennent que la biodiversité de l’Everest, déjà fragile, pourrait être menacée par un flux croissant de visiteurs.  Les voies d’accès sont en effet jonchées de déchets non dégradables, comme par exemple les bouteilles d’oxygène utilisées par les prétendants à l’ivresse des 8 848 mètres.

Cette année, 520 alpinistes ont déjà atteint le sommet, soit le record depuis la première ascension victorieuse de Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay Sherpa en 1953.

source