Comment marcher en groupe en randonnée

Certains facteurs sont à prendre en compte lorsqu’on marche en groupe afin que la progression soit plus efficace et plus agréable! Marchez à une allure régulière et soutenue sans pour autant épuiser ceux qui marchent moins vite. Réglez l’allure de la cordée pour que les plus lents ne soient pas distancés. Ne laissez personne isolé, à l’arrière comme à l’avant. Faites des pauses pour permettre au dernier de rattraper le reste du groupe et laisser lui le temps de récupérer une fois le groupe rejoint.
Essayez de faire en sorte que le plus lent marche en tête afin de donner l’allure. Cela aide à rester groupés et peut motiver un marcheur un peu lent à prendre une allure plus rapide que d’habitude. Donnez un peu plus de matériel à ceux qui sont plein d’énergies.

Tenez vous à trois ou cinq pas derrière la personne qui vous précède. Laissez à votre coéquipier et à (ou à ses bâtons de marche) son piolet un peu d’espace. Restez groupés. Ne restez pas à la traîne ou ne faites pas attendre les autres constamment.
Lorsque vous poussez des branches, faites attention à la personne derrière vous. Avant les relâcher, retournez vous et dites ‘branches’. Si vous devez vous arrêter, ne restez pas au milieu du chemin. Si vous voulez doubler, avertissez, et choisissez le bon endroit et le bon moment pour le faire.
Lorsque vous croisez un autre groupe de randonneurs, soyez courtois. Normalement, la cordée qui descend se met sur le côté pour laisser passer celle qui monte, afin de ne pas casser l’allure. Néanmoins, en pente raide ou si la cordée qui descend est plus nombreuse, la cordée qui monte peut se mettre sur le côté pour souffler. Si vous tombez nez à nez avec un troupeau, mettez vous sur le côté amont du chemin, ne criez pas et ne faites pas de gestes brusques. Les personnes en VTT doivent toujours céder le passage aux marcheurs et non l’inverse 😉


Durant les longues marches, où l’itinéraire est évident, établissez des points de rendez vous. Cela permet à chacun de trouver son rythme en groupe plus restreint. Rejoignez vous aux croisements et aux passages de gué de rivières. Demandez aux randonneurs les plus expérimentés d’ouvrir et de fermer la marche en groupe. Soyez positif. Comportez vous comme quelqu’un avec qui vous aimeriez marcher. Pour progresser plus facilement en milieu des broussailles. Lorsque vous ne pouvez éviter de vous engager dans des zones broussailleuses, voici quelques conseils: Privilégiez le chemin le plus direct dans les broussailles. Cherchez les passages des animaux
Marchez sur des troncs d’arbres couchés dés vous le pouvez Créer vous un passage en écartant les branches, parfois en marchant sur les branches les plus basses et en soulevant les plus hautes. Accrochez vous à des branches solides en pente raide.


Conseils pour devenir chef de course
Il n’y a pas de recette miracle pour devenir chef de course, mais voici quelques conseils:
Un chef de course ne peut pas être égoïste, les décisions sont prises pour le bien-être de la cordée, et non pas pour lui.
Un intérêt authentique du premier pour chacun de ses compagnons augmentera les liens entre tous les membres et renforcera le groupe. Un chef de course ne peut faire semblant ou feindre, le chef doit admettre ses propres limites. Il doit reconnaître lorsqu’il y a quelque chose qu’il ignore et demander au groupe de l’aider à trouver la réponse.
Le sens de l’humour est un avantage quand on veut réussir sa sortie 🙂