Business: ces start-up de la French Tech

Elles pourraient devenir les Criteo ou les Sigfox de demain. Les prédictions ne veulent pas dire grand-chose en business, mais certaines jeunes pousses ont déjà tout de grandes. Passage en revue des critères de repérage. Si, comme l’assure le patron de Cisco, la France est “the next big thing”, quels en sont les futurs ambassadeurs ? Ceux qui battent des records sur Kickstarter comme la jeune pousse Prynt qui a récupéré plus d’un million de dollars, ou qui réussissent une implantation fulgurante sur le marché américain ? Ou sont-ce bien ceux capables de lever plusieurs millions dès leur premier tour de table ?

Certaines très jeunes entreprises françaises – parfois âgées d’à peine deux ans – tutoient déjà les sommets et ces démarrages sur les chapeaux de roues peuvent inciter les observateurs à se lancer dans l’amusant petit jeu des pronostics pour identifier au plus vite le futur Criteo ou le nouveau BlablaCar.

Pourtant, l’exercice est ardu. “Ce n’est pas une science exacte, prévient Olivier Ezratty, spécialiste de l’écosystème et auteur du guide des start-up. Il est très difficile de faire le tri entre les différents projets prometteurs. J’ai connu Criteo avant qu’ils fassent leur pivot vers la publicité et à cette époque-là, il était impossible d’imaginer ce qu’ils sont devenus. J’ai aussi croisé Frédéric Mazzella de Blablacar en 2011 à ses débuts. A l’époque, l’idée était bonne et l’équipe super, mais de là à anticiper un tel parcours !”

Elise Nebout, manager du Camping et en pleine recherche de sa future promotion de start-up abonde dans ce sens. “La chance? Je n’y crois pas. Les grandes réussites sont souvent le fruit de tâtonnements, de choix et de remises en cause. Il faut beaucoup de ténacité et de confiance pour arriver au sommet”, commente-t-elle. Il faut dire qu’entre SketchFab ou StreamRoot pour n’en citer que deux, la jeune femme a vu passer de belles réussites dans son accélérateur parisien.

Lire la suite sur Lexpress.fr…