Trek au Mont BATUR (Bali, Indonésie)

Selamat Pagi le team “” suite de notre séjour à Bali “””. Bali est vraiment un petit concentré de tout ce qu’on peut trouver en Indonésie : des sourires, des iles, des plages de sable blanc, des plages de sable noir volcanique, des plages de galets, des cultures en terrasse, des fonds sous-marins superbes, des temples, des mosquées et des églises (sans oublier de mentionner des centres commerciaux, des warungs et des étals de street-food), mais aussi des volcans !
Un des plus couru ou arpenté- en tous cas, connu – pour s’adonner à une randonnée matinale est le Mont Batur, au nord-est de Bali.
Partis de Seminyak par une belle matinée pluvieuse, comme la saison des pluies sait bien en produire, nous avons pris la route, et ses trous-plein d’eau boueuse, en direction de Kintamani.
Et parce que la technologie, c’est quand même plus pratique qu’une carte Michelin-qui-est-impossible à replier-une-fois-dépliée-surtout-dans-une-voiture, nous avons donc suivi fidèlement les indications de notre GPS (et je n’ai pas trouvé de carte Michelin ici…) !
L’avantage avec le GPS, c’est qu’il positionne bien la voiture sur la route.
L’autre avantage, c’est qu’il propose plusieurs trajets, dont les temps de parcours peuvent varier du simple au double…

Nous donc avons opté pour le temps le plus court (en temps) dans le but, une fois sur place, de prendre le temps de découvrir les environs du volcan.
Seulement, il y a petit problème que je m’empresse de vous exposer, afin de mieux comprendre la suite du récit : le temps le plus court indiqué n’est que théorique, puisque le GPS nous fait passer par des petits détours dont lui seul a le secret, soit : au milieu des champs (oui, il y a bien un chemin, non ce n’est pas une route), des chemins non goudronnés, des chemins qui n’existent plus… Et histoire d’ajouter une petite note de fantaisie pour l’arrivée : le point de destination n’est pas forcément celui qu’on a indiqué en début de parcours…

Il faut alors faire ce que tout bon conducteur qui se respecte, déteste : demander son chemin !
Et je ne déroge pas à la règle : j’aime pas ça !

Pourquoi ? Pour 2 raisons :
D’abord, parce que je dois admettre que je me suis planté (oui, c’est pas très agréable) en ayant aveuglément confiance en cette put*** ce bijou de technologie qui m’a pourtant planté…
Ensuite parce que lorsque l’on demande aux locaux, ben ça les fait toujours marrer de voir un étranger perdu ! Et meme s’ils vous donneront de bon coeur des indications pour essayer de retrouver votre chemin, le problème est que lorsqu’ils ne connaissent pas – ou ne vous comprennent pas – ils donneront n’importe quoi comme indication, plutôt que de dire qu’ils ne savent pas !
Et ainsi donc, au lieu d’arriver 1h09min après notre départ, nous avons fait un petit détour d’une « bonne » heure supplémentaire (et c’était sans compter sur le “poétique” trafic routier balinais et les mauvaises indications des locaux du GPS) !

Mais bon, on avait le temps et en plus c’est sympa de rouler au milieu de beaux paysages ! Et comme disait l’autre : « on a fait un détour parce que c’est joli ! » (Popeye, dans « les Bronzés font du ski »… On ne peut pas toujours tomber sur une citation de Lao Tseu…).
En revanche, je ne suis pas sûr que les suspensions, les pneus et la calandre de la voiture aient beaucoup aimé les gros cailloux, ni les petits d’ailleurs, égrainés sur les chemins de traverse (mon dos, lui, c’est sûr que non !)…

Au final, je me demande si ce n’est pas « plus mieux » d’avoir une bonne carte Michelin papier, même si c’est “impossible-à-replier-une-fois-dépliée-surtout-dans-une-voiture”…
Et donc en conclusion de cet aparté, Google Map c’est bien et c’est pratique, mais à Bali il mérite quelques perfectionnements…

Enfin bref : Arrivés à Kintamani, la voiture recouverte de boue (vive les petits chemins en terre en pleine saison des pluies), nous posons nos affaires au « Lakeview Hotel and restaurant », un hôtel familial très agréable et confortable (surtout les nouvelles chambres) géré par Kadek, un balino–néo-zélandais, qui en plus de parler anglais et indonésien, parlait aussi français parfaitement (oui, y’a des gens comme ça… pour être honnête, ça énerve un peu et en plus il est très sympa) ! En discutant avec lui, nous nous découvrons lui et moi un point commun : pour lui aussi la gestion d’hôtel est un nouveau chalenge ; avant cela, il travaillait dans l’environnement et les certifications…
L’hôtel est posé à flanc de montagne et offre une vue panoramique splendide sur le Mont Batur et le lac-du-même-nom.

En plus de la vue, ce qui surprend quand on quitte le confort de la voiture, c’est la température extérieure : on a perdu au moins 20 degrés par rapport à Seminyak ! Je ne serais pas étonné de voir de la neige tomber avant la fin de la journée, moi !
Bon, j’exagère peut être un tout petit peu, mais il fait vraiment frais à Kintamani (J’aurais dû prendre un polaire …) !

Et parce qu’il nous reste encore du temps avant que la nuit ne jette son voile noire parsemé d’étoiles scintillantes au-dessus des sommets volcaniques et des plaines environnantes, nous décidons de partir en voiture nous découvrir les bords du lac Batur.

Belle idée que voilà, puisque nous partons sans guide (qu’il soit humain, en papier, ou électronique – donc plus de GPS – “on peut tromper 1000 personnes 1 fois, mais on ne peut pas tromper 1 personne 1000 fois, non, on peut tromper 1000 personnes, non…” bref, on essaie d’apprendre de ses erreurs) et sans savoir ce qu’il y a d’intéressant à découvrir dans les environs (à part le mont Batur bien entendu), ce qui aurait pu ainsi donner un but de visite (je sais, on aurait pu demander à la réception de l’hôtel avant de partir… mais ça aurait été moins drôle).

Mais bon, comme le disait Lao Tseu au 5ème siècle avant Jésus Christ (ah ben tient justement : une citation de Lao Tseu… ça fait quand même tout de suite plus classe que “Les Bronzes font du ski”), dans tout voyage « Le but n’est pas seulement le but, c’est le chemin qui y conduit » !

Et le dit chemin est pour le moins chaotique : longeant le lac, il nous donne par endroits l’impression de surfer sur des vagues, tellement il serpente le longs des coteaux cultivés (Tomates, piments, oignons, maïs – ce serait plus plat, on se croirait dans les Landes…), ramenant parfois sur les rives lac et contournant d’énormes rochers volcaniques parsemés ici et là, témoins de la dernière éruption.
A mesure que nous avançons, la campagne autour de nous se vide et la route se remplit : les femmes et les hommes quittent les champs pour rejoindre leur village. La nuit se faisant de plus en plus insistante, il se fait l’heure de rentrer : certains en vélomoteur, d’autres confortablement assis au-dessus des récoltes à l’arrière d’un gros camion-benne.

La route n’est pas très large et les Indonésiens y conduisent comment à leur habitude : vite et au milieu de la route (pour mémoire, ou approfondissement du sujet, les règles de conduites sont décrites ici). L’exercice est donc amusant entre appels de phare, coups de klaxons et coups de volants de dernière seconde pour éviter de toucher le véhicule qui vient en face (surtout quand c’est un scooter conduit par un enfant de 10 ans), quitte à rouler sur l’herbe et les cailloux du bas-coté…

Dans les petits villages, les maisons s’éclairent les unes après les autres, et les processions des fermiers rentrant chez eux les vêtements couverts de terre, laissent place à celles, plus colorées et éclatantes, des familles se rendant au temple du village habillées en vêtement de cérémonie, les bras chargés d’offrandes.

Puis les warungs se remplissent et tout le monde se retrouve pour dîner dehors, à discuter et rigoler ensemble : en Indonésie, le mot “communauté” prend tout son sens et vivre sans les autres est simplement inimaginable. La vie balinaise est structurée autour de la religion, au rythme des offrandes quotidiennes et des cérémonies, et toute la famille habite ensemble autour du même temple familial. Les familles vivent les unes à coté des autres et partagent leur quotidien, à l’opposé du mode de vie que viennent chercher certains occidentaux ici : se faire construire un maison isolée – mais pour combien de temps, vues les constructions qui poussent partout – dans les rizières, maisons qui deviennent des cibles évidentes pour les cambrioleurs…

Ce mode de vie, communautaire donc (au sens le plus noble du terme), permet aussi de se sentir en sécurité, les uns veillant sur les autres et en cas de cambriolage, c’est toute la communauté qui se mobilise pour se défendre. Bien sur cela implique que tout le monde soit au courant de tout ce qui se passe… En revanche la notion de vie privée reste vraiment conceptuelle, et il ne faut donc pas s’étonner de se voir bombarder de question (du genre “où vas tu”, d’où viens tu”, “avec qui étais tu”…) par ses voisins indonésiens. Cela surprend au début, énerve un peu par la suite ensuite, mais finalement on s’y fait bien et cette curiosité naturelle rend les relations sociales beaucoup plus naturelles.

Et alors que l’économie du pays lui permet de prendre la 10ème place au niveau mondial1, “juste après la France et la Grande-Bretagne et avant l’Italie et le Mexique” et bien que des grosses disparités existent (répartition des richesses particulièrement inégale et gros niveaux de corruption à tous les étages), il en ressort tout de même que les Indonésiens se considèrent comme le peuple le plus heureux de la Terre2.
Comme quoi ce qui crée du bonheur et donne du sens à sa vie, ce sont les autres, l’établissement de lien et nos efforts pour maintenir rapports avec eux (quelque soit la distance), bien au-delà de l’illusoire bonheur immédiat et individualiste fantasmé par la consommation de masse et ses dérives, mais qui se développe de plus en plus ici (le développement économique du pays est très soutenu par un haut niveau de consommation des ménages indonésiens), au grand dam de certains Balinais).

La modernité est comme une marée qui attaque toutes les cultures et la société moderne broie les groupes et fabrique Bien qu’aidés par le Limoncello « fait maison » de Kadek et bien que couchés vers 22 heures, la nuit fut brève : en effet, quelques trop courtes heures de sommeil plus tard (lever à 3h30 du matin – ça pique…), nous retrouvons notre guide à l’accueil de l’hôtel, les paupières des yeux encore un peu collées, qui nous guidera sur les chemins mystérieux du Mont Batur !

Le petit déjeuner (vite) pris, nous partons en voiture direction l’entrée du parc naturel. Puisque la route est la même que celle découverte la veille, il est donc impossible d’espérer se rendormir le temps du trajet ! Mais au-delà du sommeil, je ne suis pas mécontent d’avoir pris un petit déjeuner léger, parce que, vue sa façon de conduire : ça secoue pas mal…

L’entrée payée, le chauffeur nous dépose en bord de forêt.
L’avantage d’avoir réservé le tour par l’hôtel est qu’on a pas n’a pas eu a gérer la “petite mafia” des guides du coin, que dénoncent d’ailleurs certains guides Balinais francophones (et les touristes aussi)…
Le guide nous distribue alors les lampes de poches, afin que nous puissions éclairer nos pas le long du chemin pour éviter ainsi les branches, les gros rochers et les précipices (enfin plutôt les fossés) et se faire une bonne grosse blague : s’éclairer à l’aide du faisceau de la lampe par le bas du visage, en faisant des grimaces et des rires sardoniques… Cris et rires nerveux assurés (et en plus, ça marche à chaque fois) !
L’ascension des flancs du volcan peut enfin ( yalaaaa ! )

Nous pénétrons une épaisse forêt de pins, dont les troncs et les cimes dessinent d’inquiétantes silhouettes dans l’obscurité blafarde de la nuit. Les branches tordues accrochent, tels des bras difformes aux doigts crochus, les nuages qui se déchirent dans les arbres, qu’éclaire la pâle lumière blanche de la pleine lune.

Le silence assourdissant de la nuit en forêt est à peine troublé par le bruissement du vent qui caresse le faîte des pins et pourtant interrompu par intermittence, par des hurlements bien sombres…
Quoi, il y a des loups ici ???

Non point… La réalité est bien autre, puisque nous croisons un groupe d’Indonésiens : ils s’esclaffent de rire en s’amusant à se faire peur en imitant des cris d’animaux sauvages, ou encore en s’éclairant le visage (décidément, elle est universelle cette blague !). On dépasse aussi un groupe, qui pour se donner du courage, écoute de la musique depuis leurs téléphones portables…
J’ai assurément l’impression qu’en Indonésie, plus qu’ailleurs, le silence est une denrée rare !
Alors qu’il faisait bien froid au point de départ, au bord du lac Batur (même sous les tropiques, à 600 mètres d’altitude et à 5 heures du matin l’air est bien frais !), l’ascension du chemin sinueux et rocailleux de la forêt, la foulée bien décidée, fait qu’on a vite chaud !

Et à mesure que nous montons en altitude, la pente se raidie et les arbres dépeuplent peu à peu les flancs du volcan, pour laisser place à de hautes herbes parsemé ici et là de cailloux et rochers de toutes tailles.
Il fait encore bien nuit quand nous quittons la forêt et le faible faisceau de nos lampes éclaire à peine le chemin, rendant la topographie et la marche incertaines. Après 45 minutes de marche ininterrompue, nous arrivons enfin au « 1er étage », une sorte de plate-forme dégagée, offrant une vue imprenable sur le Mont Abang de l’autre côté du lac, qui fait directement face au mont Batur et avec lequel il partage la caldeira.

Alors que le ciel commence à s’embraser entre les nuages, les ombres des volcans commencent à apparaître et les formes se font plus distinctes. Ce n’est pas une montagne qui apparaît en regardant en direction de l’astre levant, mais une succession de sommets qui se succèdent jusqu’à l’horizon : au premier plan donc le mont Abang (2152 mètres), derrière lui le mont Agung (le plus haut sommet de Bali, 3142 mètres) et tout au fond, le mont Rejani (pas Serge… hein !?) situé sur l’île de Lombok (lequel atteint les 3800 mètres), à l’est de Bali.

Et parce que la vue est panoramique, on peut même apercevoir à l’ouest le Mont Ijen, situé sur l’île de Java !
Du haut de la corniche, plusieurs siècles d’éruptions nous contemplent !
En effet, une énorme explosion survenue il y a quelques 29 300 ans, fit exploser le sommet de la montagne qui culminait alors entre 3000 et 4000 mètres d’altitude pour former l’actuelle caldeira et ses 3 cônes alignés, qui culminent respectivement à 1717 mètres, 1589 mètres et 1410 mètres (« énorme explosion »… on peut l’imaginer !).

En réalité, la caldeira a été créée, non pas par une éruption géante, mais par plusieurs successives. Si la toute première semble datée de 1804, celles qui ont suivi ont permis de préciser l’originalité du relief, avec 2 caldeiras emboitées l’une dans l’autre. En d’autres termes, c’est un volcan dans un autre volcan !
La caldeira extérieure forme une ellipse de 14 kms de long sur 10 kms de large, alors que celle située à l’intérieur représente un grand cercle de 7 kms de diamètre. C’est dans celle-ci que le lac Batur (alimenté par les eaux de pluies), en forme de fève géante (7 kms de long sur 1,5 kms de large), borde le pied du mont éponyme à 1000 mètres d’altitude.

L’une des éruptions les plus violentes, destructrice (65 000 maisons et 2500 temples détruits) et malheureusement mortelle (1372 âmes, reparties dans le cycle de réincarnation) eut lieu en 1917 : le village de Batur, situé alors au fond de la caldeira fut entièrement détruit… Totalement ? Pas tout à fait en réalité, car l’histoire raconte que la lave s’arrêta pile-poil à l’entrée du temple principal du village ! Interprété comme une bénédiction, le village fut alors reconstruit autour du temple miraculeusement rescapé. C’était sans compter sur une nouvelle éruption en 1926 qui – fort heureusement anticipée par les Hollandais alors présents – raya définitivement le village de la carte (sans déplorer trop de morts). Depuis, le village a été reconstruit, mais hors de la caldeira (c’est ce qu’on appelle apprendre de ses erreurs…), sur les falaises de Kintamani, en contrebas de laquelle sont cultivés divers légumes, fruits, fleurs et même des mandariniers !

La dernière grosse éruption en date a eu lieu en 2000 et n’a fait – heureusement – aucune victime !
Entre temps, de régulières coulées de lave – dont certaines bien visibles – sont venues agrémenter le relief. Considéré comme un volcan important par les Balinais (la légende raconte que Bali aurait été choisi par le Dieu Shiva lui-même pour y établir 2 volcans « divins » : Batur et Agung…), les pierres de laves du mont Batur sont utilisées pour construire les maisons et les temples des environs.
Le lac aussi revêt un rôle important, car il est la source d’un grand réseau de cours d’eau qui alimentent la vallée, dont certains, souterrains, jaillissent en sources sacrées à plusieurs kilomètres de là.
Il est donc à l’origine d’un immense groupe d’irrigation (appelé « Subak » en Indonesien) pour toutes les cultures de l’est de Bali.

Au nord du lac, contre la falaise, se trouve le petit village de Songan dont le temple, le « Pura Ulun Danu Songan », est le témoin de pratiques cultuelles animistes et hindouistes séculaires : tous les 10 ans sont sacrifiés (noyés dans le lac) buffles, bœuf, cochons, chèvres et autres poulets, tout ornés d’or, pour honorer la déesse du lac sacré, dont les eaux sont essentielles pour alimenter les Donc, du haut de notre corniche, nous apercevons les premiers rayons que le soleil étire, perçant ici et là les nuages et surtout donnant au ciel des couleurs feu !

Ce qui n’était qu’ombres indistinctes se font plus précises, dessinent et colorent désormais les contours des volcans. Quelques oiseaux s’élancent des arbres et viennent donner vie au ciel par leurs vols majestueux.
Et parce que le spectacle est beau, il ne manque plus que le son : des petits plaisantins jouent avec l’écho des montagnes, lequel ne rejoue pas de « chant mé-élodieux », mais renvoie plutôt des cris en tous genres (y’a pas a dire : jouer avec l’écho, c’est quand même très rigolo ! Et dire qu’ on pourrait profiter du silence de l’aube… #Soupirs…#) !

Ayant bien profité de ce beau spectacle offert par dame nature, nous poursuivons légèrement notre ascension jusqu’au “2ème étage”, un petit refuge où nous prenons un bon petit déjeuner à base de thé, café, de pain et surtout d’œufs durs cuits dans les flancs du volcan ! En effet, témoins de l’activité souterraine, des fumerolles brûlantes jaillissent en divers brèches du flanc du volcan. Le mode de cuisson est simple : on pose les œufs dans les trous d’où s’échappe la vapeur d’eau, on recouvre de mousse et de paille, on laisse mijoter quelques minutes et tadaaaa : c’est cuit !

C’est original, et ça n’altère en rien le goût de l’œuf (ça ne sent pas le soufre…)
Une fois sustentés, mais pas forcément reposés (on s’est tout de même lever à 3 heures du matin et il est à peine 7 heures), nous poursuivons notre chemin pour faire le tour du cratère.
Si la première partie du chemin – dans la forêt – était facile, cette partie-ci en revanche est un peu plus amusante vertigineuse : par endroit le chemin ne doit pas dépasser les 1,5 mètre de large, avec : à ma gauche un précipice vers le cratère et à ma droite un autre précipice au moins aussi raide… C’est donc naturellement serein et plein d’entrain que je mets un pied devant l’autre ! (ne pas regarder le vide, ne pas regarder le vide, ne pas regarder le vide, ne pas… aaaaaaah put** c’est raide !).

D’ailleurs, le sentier est tellement étroit qu’on ne peut pas marcher côte à côte, ou se doubler… Ou alors à peine… Oui enfin bon, personnellement je ne suis pas pressé : il fait bon, la vue est belle, il ne pleut pas, alors autant en profiter : y’a pas de raison de doubler !

Car en effet, la vue de part et d’autre du volcan est magnifique : des crêtes (dont certaines accrochent les nuages), des sommets dont le soleil levant révèle les couleurs et les formes, des nuages qui jouent avec les sommets, des hautes herbes perlées de rosée matinale que le vent d’altitude caresse et des vols d’oiseaux, et c’est toute la poésie de la nature au réveil qui se révèle: c’est paisible, c’est beau (par contre, si les autres couillons touristes pouvaient arrêter de jouer avec l’écho…) !

« La beauté sauvera le monde » disait Dostoïevski et force est de constater que la nature est vraiment une source intarissable d’émerveillement : elle offre au quotidien mille et une raison de raisons de se poser et de prendre le temps de contempler sa beauté brute, offerte sans artifice : un lever – ou un coucher – de soleil, une forêt qui renaît au printemps, des plaines et collines dont les herbes dansent au grès du vent, un ballet de vagues sur le rivage, les reflets du soleil dans la neige fraîche, un désert rempli de silence, une nuit étoilée…

Puis le sentier se fait plus large ; les petits cailloux et hautes herbes laissent place à un sol beaucoup meuble : de la poussière de lave, légère comme du sable, mais noire – bien noire – recouvre la pente et assure une descente ludique : tout le monde ôte ses chaussures (ou tongs…) pour courir pieds nus dans le sable couleur nuit-sans-lune.

Une nouvelle bonne occasion d’entendre de grands éclats de rire…
Le tour du cratère ainsi achevé, nous redescendons le flanc du volcan et, à la terre bien noire absente de vie se succède la prairie et ses hautes herbes, puis l’épaisse forêt de pins, fougères, acacias…
Par endroit, c’est dingue : on se croirait presque dans la forêt landaise (et je dis ça sans chauvinisme : je n’ai pas dit que les Landes étaient la plus belle forêt du monde…) !
Et comme après l’effort vient le réconfort, nous finissons notre périple dans des sources thermales : situées en bord du lac, face aux contreforts du volcan, les « Batur Natural Hot Springs » sont constitués de différents bassins alimentés par les eaux chaudes (37 à 40 degrés) jaillissantes des entrailles de la terre !

« Ce petit coin de nature est le cadre idéal pour », non pas présenter le nouveau ‘Le Chat Machine’ (comme le disait une ancienne pub), mais pour simplement se détendre (et c’est déjà beaucoup) dans en endroit paisible !

Si la route de retour à Seminyak est plus simple à suivre que celle pour venir à Kintamani (j’ai pas mis le GPS pour le retour…), le trafic routier en revanche est un peu perturbé par le « léger crachin tropical » (des rideaux d’eau !) qui s’épanche généreusement au-dessus de nos têtes (vive la saison des pluies) !

Découvrez la page Facebook Trekking Muslim En Terre De Mémoire

Par Hoceine randonnée