Touristes à deux-roues en Alsace

Cyclotourisme, vélo sur route ou VTT : les touristes à deux-roues sont de plus en plus nombreux à profiter du cadre exceptionnel de la région de Guebwiller. L’office de tourisme intercommunal propose une offre diversifiée qui fait également la part belle aux randonneurs.

Du Grand au Petit Ballon, du vignoble à la plaine, le secteur de Guebwiller regorge de terrains de jeux pour amateurs de deux-roues. Familles ou sportifs aguerris, vététiste accompli ou cyclotouriste du dimanche, chacun y trouve son compte. « Notre territoire est exceptionnellement riche, s’enthousiasme Stéphanie Chefdeville, directrice de l’office de tourisme intercommunal (OTI). Charge à nous de structurer ces offres convenablement. »

Et c’est ce à quoi s’est attelé l’OTI ces dernières années. Avec réussite, si bien qu’aujourd’hui le tourisme lié à des activités dites vertes compte pour 25 % des demandes. « Et la tendance est à une constante augmentation », précise-t-elle.

« Il fallait trois cartes IGN différentes pour recouvrir le secteur du Grand Ballon »

L’office propose plusieurs dizaines de balades labellisées VTT/FFC (approuvées par la Fédération française de cyclisme) des topo-guides VTT. Il a également densifié son offre numérique pour répondre aux besoins croissants de la clientèle dans ce domaine (lire encadré ci-dessous). « Il y a quelques années, il fallait trois cartes IGN différentes pour recouvrir le secteur du Grand Ballon. L’une des premières choses qu’on a faites, c’est de proposer une carte unique. »

L’OTI peut s’appuyer sur les efforts réalisés par les différents acteurs locaux du tourisme. « Un établissement comme L’Aigle d’or à Rimbach bénéficie du label “Accueil vélo’’ (garage à vélo, proximité des circuits, petit-déjeuner adapté, etc.). C’est appréciable pour nous de pouvoir proposer cela. Pour mettre en place nos circuits, nous travaillons beaucoup avec des bénévoles passionnés du monde cycliste local comme Pascal Jung, Francis Kruch ou Patrice Fluck, le maire de Merxheim ». Ce dernier est à l’origine d’un circuit familial qui traverse son village et regarde vers la plaine.

Le tourisme nature ne s’arrête pas à l’entrée des villes et villages. « Guebwiller a été labellisée “ville vélo touristique’’. La Trame verte et aujourd’hui la zone de rencontre sont autant d’atouts à mettre en avant pour nous. Par ailleurs, un Relais d’information service pour cyclistes sera prochainement mis en place à Soultzmatt. »

À l’office, on note également un bel engouement pour la location de vélos électriques. « Ce n’est que la deuxième année que nous mettons ce service en place et nous sommes déjà à l’équilibre. Nous proposons d’ailleurs 90 km de circuit dédiés. Mais la région de Guebwiller ne souhaite pas être uniquement estampillée « région vélo ».

« À l’intérieur du tourisme nature, il y a également la randonnée qui attire évidemment beaucoup de monde. Nous proposons aussi des circuits de géocaching (chasses au trésor), de gyropodes pour découvrir le vignoble. Nous développons également un circuit de footings urbains. »

Et, insiste Stéphanie Chefdeville, « nous travaillons sur quatre saisons : le tourisme blanc l’hiver et le vert du printemps à l’automne ! »

Les spécialistes ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : VTT magazine , la référence française du genre vient de consacrer, dans son numéro de février, un reportage de huit pages aux parcours locaux.

Source: Lalsace