Par La Rando

Le Bahreïn veut aussi ses îles artificielles

Le royaume de Bahreïn poursuit ses travaux pharaoniques avec la construction d’un resort gagné sur la mer, Durrat Al Bahrain, qui accueillera notamment un hôtel Anantara de 220 clefs.

 

Le Minor Hotel Group, basé à Bangkok, a signé un contrat de management avec la Mumtalakat Holding Company, le fonds souverain du royaume de Bahreïn. L’hôtel de 220 unités d’hébergement sera intégré dans le vaste resort de Durrat Al Bahrain un formidable développement immobilier sur 21 km² et 15 îles artificielles.

Ce complexe sorti de la mer comprendra 2 000 villas avec un accès direct à la plage, 3 600 appartements de luxe, des immeubles de bureaux, des parcs, des commerces, des restaurants, un parc d’attractions et une marina de 400 anneaux.

A cette occasion, William E. Heinecke, Chairman & CEO de Minor International, a indiqué que les Emirats figuraient au premier plan des priorités avec une dizaine d’hôtels déjà en opération au Moyen-Orient et six autres dans le pipeline, dont une partie financée par Mumtalakat.

Les deux prochains Anantara ouvriront à Oman et trois autres sont prévus entre 2018 et 2020 dans les EAU, la Tunisie et le Maroc. La marque compte déjà 34 établissements en opération dans 10 pays entre l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Océan indien.

Le Minor Hotel Group gère et/ou possède 134 hôtels dans le monde sous les enseignes Anantara, Avani, Per Aquum, Oaks, Rivoli, Elewana, mais aussi Marriott, St. Regis et Four Seasons. Il est présent dans 22 pays avec un plan de développement qui doit le faire atteindre le cap des 190 établissement dans les 5 ans.

Source Hospitality-on.com

Par La Rando

Tarif des hotels du Hadj en Arabie saoudite

hadj-arabei-saoudite-mecqueEn prévision de la saison du Hadj 2013, les agences touristiques retenues pour la circonstances demandent le plafonnement des tarifs de location d’hôtels aux Lieux saints en Arabie Saoudite aux seuils convenus entre l’Office national du hadj et de la omra (ONHA) et la partie saoudienne.
Selon le directeur général de l’ONHA, Cheikh Berbera, ces tarifs convenus oscillent entre 6500 et 7200 rials saoudiens et pas moins de 20.000 hadjis, pris en charge par l’Office lors de la saison 2013, sont concernés par ces tarifs.
S’agissant des tarifs appliqués par les propriétaires d’hôtels en Arabie saoudite pour les 16.000 hadjis encadrés par les agences touristiques constituent “une source d’appréhension” pour ces dernières, selon le représentant de l’agence touristique ” Nahdha” d’autant plus que les résultats du tirage au sort n’ont pas encore été publiées.
A ce propos, les représentants de plusieurs agences ont indiqué qu’ils sont devant un problème de “manque de visibilité” concernant la liste des hadjis qu’ils vont encadrer bien que le nombre est fixé entre 250 et 500 hadjis pour chaque agence.
Toujours selon la même source, les hôtels saoudiens sont “très sévères ” quant à l’avance de loyer qui est de 50 % , chose que les agences n’ont pu honorer.
Lire la suite…