Par La Rando

Les compléments alimentaires et leurs effets indésirables

compléments alimentaires dubaiDepuis 2010, l’Agence de l’alimentation, Anses, dit avoir reçu près de 1.500 signalements d’effets indésirables, dont des troubles hépatiques et gastroentérologiques, liés à la consommation de compléments alimentaires. Les boissons dites énergisantes sont également pointées du doigt.

Rester mince, être en forme, fortifier ses cheveux, faire baisser son cholestérol… à chaque besoin, son complément alimentaire. Près d’un Français adulte sur cinq en consommerait d’ailleurs régulièrement ou occasionnellement, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail. Une consommation qui est, à priori, loin d’être anodine. L’Anses dit en effet avoir reçu, depuis 2010 et le lancement de son dispositif de “Nutrivigilance”, près de 1.500 signalements d’effets indésirables liés, pour les trois quarts, à la prise de compléments alimentaires. “Cela va de la simple gêne, rougeurs, démangeaisons, à des hospitalisations pour hépatites” explique Franck Fourès, directeur adjoint Santé/Alimentation à l’Anses.
Ainsi, sur les 282 signalements qui concernaient les compléments alimentaires, et exploitables par les experts, la majorité des effets indésirables déclarés étaient des troubles hépatiques (19,9%), gastroentérologiques (18,4%), d’ordre allergique (16%), neuropsychologiques tels que des tremblements de l’anxiété ou des vertiges (12%) et cardio-vasculaires (9,9%).

Mise en garde

Suite à ces déclarations, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation a lancé une série de mises en garde. Concernant, notamment, les compléments alimentaires à base de “levure de riz rouge” et de p-synéphrine (présente dans l’écorce d’orange amère), deux substances utilisées respectivement pour contrôler le cholestérol et perdre du poids. L’Anses recommande tout particulièrement aux femmes enceintes ou allaitantes, et aux personnes sous traitement, de demander conseils à des professionnels de santé, avant d’en consommer. Même conseil pour les parents qui souhaiteraient en faire prendre à leurs enfants.

Les femmes enceintes, particulièrement vulnérables

L’Anses demande également aux médecins et aux professionnels de santé de “continuer à s’impliquer et leur recommande, lors des consultations, d’interroger leurs patients sur leur consommation de compléments alimentaires ou d’autres aliments spécifiques”. Et les “encourage à rester vigilants et à déclarer le maximum d’effets indésirables qu’ils observent, notamment dans le cadre des deux saisines en cours concernant les compléments alimentaires destinés aux femmes enceintes et aux sportifs”.

L’agence a en effet reçu quatorze signalements susceptibles d’être liés à la prise de compléments alimentaires au cours de la grossesse. Les effets indésirables rapportés étaient alors principalement d’ordre endocrinologique et obstétrical, “avec notamment deux interruptions médicales de grossesse”, précise le communiqué de presse de l’Anses. Quant aux sportifs, il s’agissait “majoritairement” de tachycardie, d’arythmie, d’accident vasculaire cérébral, de tremblements, de troubles anxieux et de vertiges. Les résultats de ces saisines sont attendus pour le premier semestre 2015.

Les boissons énergisantes pointées du doigt

Enfin, l’Anses met en garde contre les boissons dites énergisantes, dont la teneur, élevée, en caféine, peut générer des accidents cardiaques graves “chez les consommateurs porteurs de prédispositions génétiques et généralement non diagnostiquées”. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation recommande notamment d’éviter d’en consommer, lors d’un exercice physique ou couplé avec l’alcool. Et même d’en prendre le moins possible.

Les Français, gros consommateurs de compléments alimentaires

Les compléments alimentaires représentent en tout cas un marché en pleine expansion, avec plus de 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013. Près d’un adulte sur cinq en a consommé au moins une fois dans l’année, selon l’Anses. Et les femmes sont deux fois plus nombreuses à en prendre que les hommes. Autre information donnée : près de deux tiers des compléments alimentaires sont consommés sous forme de cure, aussi bien par les enfants que par les adultes, le plus souvent en hiver ou en automne. Quant aux effets recherchés, il s’agit, pour 70% des personnes interrogées dans le cadre du dispositif “Nutrivigilance”, de “lutter contre la fatigue”, de “résoudre des problèmes de santé particuliers” (pour 21%) et de “rester en bonne santé ou lutter contre les maladies (17%)”.

Voir notre vidéo : les compléments alimentaires ne sont pas sans risque

Source : LCI/TF1

Par Randonnée

Survie: comment faire son pain soi-même

Acheter son pain, c’est facile, mais comment feriez-vous si vous ne trouviez plus aucun boulanger ? Après avoir essayé plusieurs recettes de plusieurs manières, j’ai fini par faire du pain à ma façon, la plus simple et la plus rapide. Je fais 4 ou 5 pains par semaine depuis plusieurs années.

Faire son Pain sans machine, sans pétrir en MOINS DE 10 MIN

Pour une préparation journalière en 10 minutes. (programmer votre four pour une mise en marche après 1h30 de repos et supprimer la coupe du pain avant la cuisson).


  • ingrédient
  • 10 g de sel
  • 400 g d’eau
  • 650 g de farine T55
  • 1 sachet de levure boulangère ou 20 g de levure boulangère fraîche.

Bon appétit.

 

Par Randonnée

La Merveille des fonds marins (documentaire)

Les récifs coralliens occupent moins de 1% de la surface des océans, mais hébergent plus du tiers des espèces marines connues. Grouillant d’espèces comestibles, ils jouent un rôle essentiel pour l’alimentation des populations. Ils protègent aussi les côtes contre l’érosion et leur attrait touristique est un atout pour le développement économique des régions tropicales.

Par La Rando

Alimentation aux Emirats arabes unis durant le mois de Ramadan

Gulfood-alimentation-nourritureLes prix des aliments à Abou Dhabi ont augmenté de 1,9% au cours de la première semaine du mois de Ramadan, en comparaison avec la première semaine du mois précédent, avec une hausse des prix des fruits de 5,9%, des légumes de 7,9%, du café, thé et cacao de 3,2% et des poissons et fruits de mer de 2,8%, selon le premier rapport hebdomadaire du  Centre des Statistiques – Abou Dhabi (SCAD) sur les prix alimentaires durant le Ramadan.
La plus forte hausse a été observée dans le groupe «Fruits» dans la région d’Abou Dhabi, où le groupe progresse de 5,6%, contre 5,8% dans la région d’Al Gharbia et 10,7% à Al Ain.
Selon le SCAD, il est essentiel de surveiller les prix des denrées alimentaires afin d’assurer l’approvisionnement suffisant pendant le Ramadan et d’exercer la protection du consommateur. La méthodologie de l’indice des prix alimentaires a été développée par une équipe d’experts en conformité avec les normes internationales pertinentes. L’indice est calculé sur la base d’un panier composé de deux groupes principaux et de 11 sous-groupes. Lire la suite sur WAM

Par La Rando

Foire internationale de l’alimentation à Dubaï

La plus grande foire internationale de l’alimentation, surnommée Gulfood, s’est ouverte lundi à Dubaï avec la participation de plus de 4.200 entreprises de 110 pays, alors que les prévisions démographiques annoncent des risques de pénurie croissants au niveau mondial.
Cette foire s’est ouverte avec la participation du dirigeant de Dubaï cheikh Mohammed bin Rached al Maktoum,des dirigeants de Brunei, d’Équateur et de Lituanie, ainsi que de 1.462 nouveaux exposants.  Le ministre du commerce extérieur des Émirats arabes unis cheikh Lubna Al-Quassimi a déclaré dans son discours d’ouverture au Sommet des dirigeants internationaux du secteur de l’alimentation, mitoyen, que la région du golfe Persique, avec ses températures brûlantes et ses étendues désertiques, devait importer 90 % de sa consommation alimentaire.
Selon la plus grande banque émiratie, Emirates NBD, même des pays qui disposent actuellement de réserves d’eau et de nourriture suffisantes ne peuvent être assurés qu’ils conserveront cet avantage à l’avenir.
Mark McFarland, responsable stratégie investissement au sein de la banque privée d’Emirates NBD, a déclaré que les pénuries d’eau et de nourriture étaient en augmentation en raison de l’ascension d’une classe moyenne, qui se tourne vers une alimentation à forte teneur en glucides et protéines, c’est-à-dire vers la viande, alors que l’élevage de bétail nécessite davantage de nourriture et donc d’eau.