La Suisse participera à l’Exposition universelle 2020 de Dubaï

suisse dubaiLa Suisse est le premier pays qui a signé officiellement sa participation à l’Exposition universelle 2020 prévue à Dubaï. L’économie se réjouit.Tout est allé très vite! Le 13 avril dernier, le Conseil fédéral approuvait la participation de la Suisse à l’Exposition universelle 2020 qui se tiendra à Dubaï du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021 sur le thème «Connecter les esprits, construire le futur». Quelques jours plus tard, Wolfgang Amadeus Brülhart, chef de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord du Département fédéral des affaires étrangères, a profité d’un déplacement dans les Emirats arabes unis pour remettre la lettre de confirmation du président de la Confédération au Sheikh Ahmed Bin Saeed Al Maktoum, président du comité d’organisation de l’Expo 2020.

Selon les comptes-rendus de la rencontre publiés par les médias de la région, la Suisse est le premier pays à signer officiellement sa participation à la manifestation. «C’est une bonne nouvelle pour l’image et la réputation de notre pays», estime Sylvain Jaccard, responsable de l’antenne romande de Switzerland Global Enterprise, une organisation chargée de promouvoir la place économique suisse à l’étranger. «La Suisse ouvre ainsi les portes à ses entreprises qui pourraient partir avec une longueur d’avance sur leurs concurrentes étrangères pour obtenir des commandes dans le cadre de la construction de l’infrastructure de l’Expo 2020», se réjouit Sylvain Jaccard.
Un budget plus faible que pour Milan 2015

La Suisse compte profiter de cette manifestation, qui attend environ vingt-cinq millions de visiteurs, pour présenter non seulement ses compétences dans la recherche, l’innovation, les énergies renouvelables, la mobilité et l’environnement, mais aussi pour réaffirmer son engagement dans la promotion de la paix et les bons offices.

Le budget accordé par le Conseil fédéral est cependant beaucoup plus faible que celui qui avait été fixé pour l’Expo 2015 à Milan. Il chutera de 24 à 15 millions de francs. La part des sponsors grimpera, quant à elle, d’un tiers à au moins 50%. La raison? Le resserrement des cordons de la bourse et les coûts moins élevés dans le Golfe persique qu’en Italie.

Source: Bilan