La situation financière d'Abu Dhabi

XAH28 ABU DABI (EMIRATOS ÁRABES UNIDOS) 14/04/2014.- El Rey Juan Carlos (i) saluda a los asistentes al foro empresarial hispano-emiratí celebrado en el Hotel Palacio Emiratos de Abu Dabi (Emiratos Árabes Unidos) hoy, lunes 14 de abril de 2014. El rey Juan Carlos agradeció hoy a Emiratos Árabes que mantenga su confianza en una asociación estratégica duradera con España, un país que, subrayó, ha superado la recesión y vuelve a crecer, a crear empleo y a recuperar con fuerza la entrada de capitales extranjeros. En su intervención en el encuentro empresarial hispano-emiratí en Abu Dabi, don Juan Carlos recalcó que España ha atravesado un periodo de crisis económica que ha provocado "una dolorosa pérdida de puestos de trabajo", pero ya ha salido de la recesión y los capitales extranjeros están "volviendo con fuerza" a este país. EFE/Ali Haider
L’économie d’Abu Dhabi restera solide dans les deux prochaines années et sa situation financière restera très forte, confirme S & P dans ses dernières perspectives. S & P Global Ratings a confirmé un «AA» à long terme et un ‘A-1 +’ à court terme pour l’émirat d’Abu Dhabi en raison des fortes positions budgétaires et extérieures. La force exceptionnelle de la position de l’actif net du gouvernement offre un tampon pour contrer l’impact négatif de la baisse des prix du pétrole sur les recettes, affirme l’agence. 
“Nous nous attendons au maintien de la forte position de l’émirat et de son actif fiscal net, que nous projetons à environ 260 pour cent du PIB en moyenne sur la période 2016-19.”
Malgré la baisse récente des prix du pétrole, Abu Dhabi maintient un niveau de PIB par habitant des plus élevés dans le monde, ainsi qu’une très forte position nette du gouvernement, principalement en monnaie étrangère, permettant à l’économie de l’émirat de résister aux chocs sur le marché des produits de base.
L’agence estime le PIB par habitant d’Abu Dhabi à environ $68.000 en 2016. La variation moyenne du PIB réel par habitant montrera probablement une contraction d’environ trois pour cent en moyenne en 2016-19, en grande partie en raison des niveaux élevés d’immigration.
S & P estime que la population a augmenté de 70 pour cent entre 2008 et 2015 à 2,8 millions et atteindra environ 3,5 millions d’ici 2020.
La croissance du PIB réel par habitant est nettement inférieure à celle de ses pairs dans la même catégorie de PIB par habitant, mais le niveau de richesse de l’économie pourrait sensiblement atténuer les risques potentiels. Le PIB nominal d’Abu Dhabi a chuté d’environ 14 pour cent en 2015 en raison de la forte baisse des prix du pétrole. Le taux de croissance économique réelle de six pour cent était beaucoup plus fort que précédemment, en raison de l’augmentation de la production de pétrole.Cityscape Abu Dhabi immobilier
En 2015, Abu Dhabi a dérivé environ 50 pour cent de son PIB réel et 80 pour cent des recettes publiques du secteur des hydrocarbures.
Avec des revenus en baisse de 21 pour cent en raison de la baisse des revenus du pétrole et du gaz, l’agence de notation a estimé que le déficit des administrations publiques se creusera à cinq pour cent du PIB en 2016, contre environ quatre pour cent en 2015, sur la base du budget préliminaire approuvé par le gouvernement
Le gouvernement d’Abu Dhabi a fait quelques progrès avec la réforme des subventions, que l’agence de notation estime pouvoir soutenir l’équilibre budgétaire au cours des prochaines années. Le gouvernement a réduit les subventions des services publics en 2015, et le gouvernement fédéral a annoncé un changement de la politique des prix des carburants fixes selon Khaleej Times.