Qatar va investir massivement dans l’immobilier

qatar immobilierLe gouvernement du Qatar a annoncé jeudi qu’il allait racheter d’ici peu pour 4,1 milliards de dollars des portefeuilles de banques locales dans le secteur immobilier, en plein boom dans ce riche petit pays gazier du Golfe malgré les effets de la crise financière mondiale. “Le gouvernement du Qatar a décidé de racheter les portefeuilles et investissements immobiliers que les banques qataries veulent vendre en dépit de l’absence d’indices réels sur une baisse des financements dans le secteur immobilier”, a déclaré le Premier ministre. Dans un communiqué publié par l’agence officielle Qna, il a ajouté que ces rachats se feront “à hauteur de 15 milliards de riyals (4,1 milliards USD)”.

Le gouverneur de la Banque centrale a été chargé de la mise en oeuvre de cette mesure pour que “les opérations de rachat auront été bouclées avant la fin du mois de juin prochain”, a-t-il encore dit.

Selon lui, cette mesure est destinée à “soutenir le secteur immobilier (…) et à permettre aux banques de continuer à jouer leur rôle vital” dans le développement du Qatar.

Depuis le début de la crise financière mondiale en 2008, le gouvernement qatari est intervenu à plusieurs reprises pour réduire l’impact de cette crise sur les banques locales.

Le gouvernement a racheté en mars les portefeuilles d’investissements des banques locales à la Bourse de Doha dans le but d'”injecter davantage de liquidités dans les banques et de consolider leurs capacités de financement”.

L’économie du Qatar a enregistré une solide croissance ces dernières années grâce au gaz, lui permettant de résister à la crise financière internationale, son PIB ayant atteint 102 milliards de dollars en 2008 contre 70 milliards de dollars en 2007, selon un récent rapport de la National Bank of Kuwait, qui publie des études sur les économies des monarchies pétrolières du Golfe.

Le Qatar a des réserves de gaz naturel évaluées à plus de 25.000 milliards de m3, ce qui le classe au 3e rang mondial après la Russie et l’Iran.