Ces passionnés de foot à Dubai

foot dubai uae, emiratsFrédéric Deswarte et Kévin Denecker, originaires de Coudekerque-Branche et Gravelines, ont émigré à Dubaï, où ils vivent de leur passion du foot en tant qu’éducateurs. Ils racontent le système des écoles de foot ou « academies », autour desquelles gravitent les plus grands clubs de la planète.

À Dubaï, Fred Deswarte a attiré le PSG dans ses filets

C’est que le rythme s’est sacrément accéléré pour l’ancien Dunkerquois installé dans le Golfe. Parce qu’il devait trouver que son emploi du temps de manager d’une académie de foot à Dubaï, de professeur d’EPS au lycée français, de responsable de la section sportive football d’un établissement franco-libanais, était encore extensible, il s’est lancé un défi : intégrer son école de foot, le Club France, à un club pro renommé.
Aux Émirats arabes unis, les références européennes comme Barcelone, Arsenal ou Manchester City disposent de leurs propres écoles de foot, baptisées « academies », selon le modèle anglo-saxon. Et les résultats des p’tits Bleus du Club France ont fini par taper dans l’œil de ce type de structures.
Avec ses U16 notamment, Frédéric Deswarte a pris l’habitude de remporter les compétitions de jeunes les plus sélectives, comme la Super Cup Dubaï. La victoire remportée au printemps a incité le PSG à entrer dans la danse. Au bout de plusieurs mois de négociations, le Club France est officiellement devenu la PSG Academy Dubaï. Pour ouvrir le bal il y a une dizaine de jours, le parrain n’était autre que Nicolas Anelka, formé au PSG et qui vit désormais à Dubaï.
Pour Frédéric Deswarte, l’association répond à une stratégie gagnant-gagnant : «  Le PSG gagne en visibilité en termes d’image ici avec encore plus de gens qui vont suivre l’équipe professionnelle, sachant qu’il y a une forte communauté francophone qui peut se fédérer autour du PSG. Pour moi, je l’avoue, c’était l’occasion de passer un cap. On était arrivé à la fin d’un cycle. Donc c’était soit s’essouffler, soit grandir encore. Il y avait d’autres propositions que le PSG mais Paris, c’est à la fois une belle marque et un club du top européen. J’espère que ça nous permettra d’attirer encore plus de jeunes pour continuer à rester compétitifs. »
Comptant 250 licenciés(e)s de 3 à 23 ans, l’ex-Club France n’a pas simplement changé de couleur de maillot et d’écusson. Il a intégré toute une galaxie. «  Nos coaches sont certifiés par le PSG après des stages en France. Le PSG a envoyé une planification par semaine pour toute la saison, en fonction de son mode de fonctionnement, cite Fred Dewarte. Cela signifie par exemple qu’on va effectuer, avec les enfants, un travail individualisé qu’on ne faisait pas ou peu avant. Avec un label pareil, on se doit d’être sérieux et rigoureux. Mais on le voit déjà : on progresse dans tous les domaines, y compris le marketing ou la communication. Avoir le PSG avec soi, ça aide aussi pour démarcher des sponsors et ça crée une dynamique et même du lien social. »
Lire la suite sur La Voix du Nord…