Mont Qomolangma

La foi peut déplacer des montagnes. C’est la conviction de Li Fuqing, un alpiniste professionnel chinois de 44 ans qui avait été formé à devenir marcheur athlétique. Ayant gravi sans cesse des montagnes, il a réussi le sommet de sa carrière en conquérant trois fois le sommet du mont Qomolangma.

LA MISSION D’ARPENTAGE

En 2020, qui marque le 60e anniversaire de l’arrivée des humains au sommet du mont Qomolangma par la face nord, la Chine a déployé une expédition d’arpentage de 53 alpinistes pour calculer et révéler la hauteur exacte du plus haut sommet du monde.

M. Li a été sélectionné sans surprise pour être l’un des huit membres de l’équipe pour atteindre le sommet.

Mais l’alpiniste chinois a ressenti une pression supplémentaire car il était également chargé d’entraîner ses coéquipiers, y compris quelques grimpeurs non professionnels. “On a quelques membres qui n’avaient aucune expérience de l’alpinisme en haute altitude. Mais ils travaillaient dans la nature, et ils se sont rapidement habitués à l’altitude.”

Le 10 avril, l’équipe a atteint le camp de base avant de faire la dernière poussée pour le sommet. Mais le mauvais temps a retardé à deux reprises leurs plans, et les grimpeurs n’ont eu qu’une courte fenêtre d’opportunité pour faire l’ascension risquée pendant la saison d’escalade printanière.

Le 27 mai, à leur troisième tentative, M. Li et ses coéquipiers ont réussi à escalader le sommet et ont identifié la hauteur du plus haut sommet du monde.

“Si nous avions perdu la fenêtre d’opportunité, la mission aurait échoué. Mais quand nous l’avons fait, nous étions tout simplement soulagés au-delà de l’excitation”, a-t-il confié.

ALPINISTE VÉTÉRAN

La carrière de M. Li en tant qu’alpiniste remonte à son entraînement d’adolescence en marche athlétique. Né dans un district ethnique de la province chinoise de Qinghai (nord-ouest), il s’est entraîné à être un marcheur athlétique dans les années 1990 dans une école locale.

L’école est située dans la base nationale d’entraînement sportif de Duoba, berceau des champions chinois, notamment Qieyang Shenjie, la célèbre marcheuse tibétaine et médaillée d’argent à Londres en 2012.

“Des années d’entraînement en altitude m’ont donné l’endurance nécessaire. Né et élevé sur les hautes terres, je n’ai pas peur de l’altitude”, se souvient-il.

En 2002, il a eu un coup de chance qui lui a permis de rejoindre une mission pour escalader le sommet du mont Yuzhu, le plus haut pic des montagnes Kunlun. Sa course s’est ensuite tournée vers l’alpinisme après avoir rejoint l’équipe chinoise d’alpinisme quelques mois plus tard.

Des années d’expédition sur les hautes terres balayées par le vent fait de lui l’un des meilleurs de l’équipe. Avant les Jeux olympiques de 2008 à Beijing, il s’est joint à l’équipe portant la flamme jusqu’au sommet du mont Qomolangma. Maintenant il est l’entraîneur de l’équipe nationale d’alpinisme de la Chine.

SOULEVER DES MONTAGNES

Dans l’expédition au mont Yuzhu il y a 18 ans, il a joué le rôle de membre de soutien logistique et l’idée de devenir un véritable alpiniste a commencé à prendre corps à ce moment. De débutant à entraîneur de l’équipe nationale, M. Li ne prend jamais rien pour acquis.

“Conquérir le mont Qomolangma est un rêve pour beaucoup. J’ai eu la chance de voir la grandeur et l’inclusivité du sommet. Mais chaque fois que je gravis la montagne, j’ai plus de respect pour la majesté devant moi”, s’est-il exclamé.

Comme la perspicacité se lit dans ses yeux enfoncés après avoir bravé le vent et la glace pendant des années, il adopte également une approche plus philosophique envers l’alpinisme et la nature. “Quelle que soit la hauteur que nous gravissons, nous ne pouvons jamais conquérir la nature. Il n’y a pas de conflit entre se tenir debout et être dans la crainte de la nature.”

Source: french.cri.cn