Manga aux Emirats Arabes Unis

Gold Ring dubai mangaGold Ring… cela sonne comme une demande en mariage, bien que le manga de Qais Sedki (scénariste) et Akira Himekawa (au dessin), ne soit en rien tourné vers ces choses. Pour arriver à ce livre, Sedki a ouvert sa propre maison d’édition, Pageflip, à Dubai, puis publié en juillet 2009 ce qui est aujourd’hui consacré comme le premier manga des Émirats Arabes Unis.

Originellement, le livre avait été écrit en arabe classique, mais cela rendait les dialogues trop pénibles, de l‘avis même de l’auteur. C’est pourquoi Sedki s’est associé à Akira Himekawa, un nom de plume qui réunit en réalité deux femmes mangaka, A Honda et S Nagano. La forme devenant plus contemporaine, le livre connut un véritable succès, et reçut le prix du Sheikh Zayed en 2010, dans la catégorie littérature jeunesse.

L’histoire est très ‘locale’, si l’on peut dire : elle raconte l’histoire d’un jeune homme fauconnier. Le projet originel était d’inciter les jeunes enfants à lire l’arabe classique, et aujourd’hui Sedki est une star. « J’ai vu des enfants qui venaient à ma rencontre pour me dire qu’ils voulaient avoir un faucon. » Car en associant cette aventure pour adolescents avec un format « cool », celui du manga, l’auteur a capté toute l’attention du jeune public. Lire la suite sur Actualitte