Les touristes du Qatar en France

Alors que François Hollande signe lundi 4 mai la vente de 24 Rafales au Qatar, la France compte bien séduire les riches touristes des pays du Golfe. Notamment en faisant se déplacer hôtels, parcs d’attractions et offices de tourisme sur place à Dubaï, lors d’une opération baptisée Marhaba2015, organisée par Atout France. Pour revenir avec des contrats, aussi.

Tous les yeux sont tournés vers le Qatar. Et pas uniquement pour la signature de la vente des Rafales ce lundi par François Hollande. Mais aussi pour le potentiel énorme qu’il représente, avec les autres monarchies du Golfe, pour notre industrie touristique, “érigée en cause nationale” par le chef de l’Etat en août dernier. Et pour cause, les Qataris sont d’excellents clients pour la France : “ils restent en moyenne dix jours par séjour, reviennent plusieurs fois et en famille, composée de 5 et 12 personnes en moyenne” explique Karim Mekachera, directeur de zone Moyen-Orient et Turquie pour Atout France, l’organisme français chargé notamment de la promotion touristique.

Et ces touristes du Qatar, sont dépensiers, très dépensiers : “entre 3500 et 4000 dollars par jour et par personne, soit 7 à 8 fois plus qu’un touriste européen”. Pour séduire cette clientèle des pays du Golfe, 60 opérateurs touristiques de l’Hexagone ont fait le déplacement à Dubaï les 1er et 2 mai, pour une opération baptisée Marhaba 2015. Objectif : faire notre promotion et décrocher des contrats auprès des tour-opérateurs de la région en vingt minutes chrono. Et à côté des destinations très installées que sont Paris et la Côté d’Azur, certains tentent d’émerger, à l’image du Bordelais, du Pays Basque, de la Bretagne ou de Lyon. Qui compte bien profiter de la ligne Lyon-Dubaï ouverte par Emirates en décembre 2012. Car, c’est l’enjeu de Karim Mekachera : “Montrer la France dans sa diversité, qu’elle devienne une marque comme le sont déjà Paris ou Cannes”.

A la condition d’avoir une offre hôtelière à la hauteur : cinq étoiles ou rien. Ou presque, à l’image de l’hôtel California, qui peut compter sur son adresse. “Nous sommes sur les Champs-Elysées, et du bon côté, côté soleil, raconte Clarisse Thiry, directrice. Pour eux, c’est les Champs-Elysées, alors que les chinois ou japonais préfèrent l’Opéra”. Là, où ils peuvent tout faire à pied : aller aux boutiques Disney, Sephora, Vuitton, ou au Lido, qui vient d’inaugurer sa nouvelle revue. Encore plus parisienne, avec du french cancan pour la première fois.

Lire la suite sur metronews.fr…