L’ascension la plus dangereuse du monde

Alex Honnold est désormais le premier escaladeur en solo intégral à gravir la formation rocheuse El Capitan, haute de 915 mètres, dans le parc national américain de Yosemite. Le célèbre grimpeur Alex Honnold est devenu le premier homme à escalader El Capitan, l’emblématique mur de granit de près d’un kilomètre, sans aucune corde ni équipement de sécurité, réalisant ainsi le plus grand exploit dans l’histoire de l’escalade libre.

Il est parvenu au sommet en 3 heures et 56 minutes et a presque parcouru la pente finale au pas de course. À 16h28 heure de Paris, sous un ciel bleu et quelques nuages, il a tiré son corps sur le rebord rocheux du sommet et s’est élevé sur la corniche de sable d’environ 9m².

Alex Honnold a entrepris son ascension historique sans corde (un type d’escalade connu sous le nom de « solo intégral ») aux premières lueurs de l’aube à 5h32 (heure locale). Il venait de passer la nuit dans sa camionnette customisée qui lui fait office de campement mobile, s’est réveillé dans la pénombre, vêtu de son tee-shirt rouge préféré et de son pantacourt en nylon et a mangé son petit-déjeuner habituel composé d’avoine, de lin, de graines de chia et de myrtilles avant de prendre la route vers la prairie d’El Capitan.

Le grimpeur Alex Honnold s’entraîne sur la voie Freerider pour la première ascension en solo intégral de l’histoire d’El Capitan, dans le parc national de Yosemite. Il a réalisé cet exploit samedi 3 juin. L’événement historique a été suivi pour la réalisation d’un long métrage par National Geographic et d’un reportage dans le magazine.

Il a garé sa fourgonnette et parcouru le chemin parsemé de rochers menant au pied de la falaise. Il a enfilé une paire de chaussures d’escalade antidérapantes, attaché un petit sac de craie autour de sa taille afin que ses mains restent sèches, trouvé la première prise à laquelle s’accrocher puis a entrepris de se hisser vers l’histoire de l’escalade.

Depuis plus d’un an, Alex Honnold s’entraînait pour cette ascension à travers les États-Unis, la Chine, l’Europe et le Maroc. Un cercle restreint d’amis et de collègues grimpeurs qui étaient au courant du projet étaient tenus au secret.

Une équipe de réalisateurs, dirigée par Jimmy Chin (l’un des compagnons d’escalade de longue date d’Alex Honnold) et par Elizabeth Chai Vasarhelyi, a filmé l’ascension dans le cadre de la réalisation d’un documentaire par National Geographic. En novembre dernier, le grimpeur avait réalisé une première tentative en solo intégral avant de faire marche arrière après moins d’une heure d’ascension à cause de conditions météorologiques défavorables.

LE PREMIER PAS SUR LA LUNE DE L’HISTOIRE DU SOLO INTÉGRAL

Formé dans une salle d’escalade intérieure de Sacramento, Alex Honnold, âgé de 31 ans, a fait son apparition sur la scène internationale en 2008, suite à deux ascensions extrêmement dangereuses : la face nord-ouest de demi-dôme de Yosemite et le « Moonlight Buttress » du parc national de Zion dans l’Utah. Ces performances en solo intégral ont fasciné le monde de l’escalade et établi de nouveaux points de référence, tout comme Roger Bannister a redéfini le monde de la course de fond lorsqu’il a passé la barre mythique des 4 minutes par mile (1,60 kilomètres) en 1954.

« L’exploit qu’a réalisé Alex sur Moonlight Buttress a remis en cause tout ce pour quoi nous nous entraînions, tout ce que nous avions appris jusqu’ici et ce pour quoi nous pensions être génétiquement conçus », a déclaré Peter Mortimer, un grimpeur qui a réalisé de nombreux films avec Alex Honnold. « Il s’agit du lieu le moins adapté à l’être humain ».

 Lire la suite sur nationalgeographic…
Noter cet article