La révolution du «riz africain»

riz africainGENETIQUE – Le riz africain résiste mieux à la sécheresse et à des sols acides que le riz asiatique…

Une équipe internationale de chercheurs a séquencé le génome du «riz africain», une espèce complètement différente du riz asiatique, localisant sa domestication le long du delta du Niger, en Afrique de l’Ouest il y a quelque 3.000 ans.

Le séquençage du génome du riz africain ouvre la voie au développement de nouvelles variétés plus résistantes à la sécheresse, soulignent les chercheurs dans cette étude publiée dimanche dans la revue Nature Genetics.

Un riz adapté au climat et au sol africains

La presque totalité du riz cultivé dans le monde est de l’espèce Oryza sativa, communément appelée «riz asiatique». En Afrique, on cultive aussi de petites quantités de riz communément appelé « riz africain », connu sous le nom scientifique de Oryza glaberrima.

Le riz africain résiste mieux à la sécheresse et à des sols acides que le riz asiatique. Son génome pourrait ainsi détenir la clé pour obtenir des espèces plus résistantes dans des conditions de cultures difficiles.

Le riz africain dans l’Histoire

Selon l’étude, le riz africain a été domestiqué en Afrique de l’Ouest il y a environ 3.000 ans, à partir d’une espèce sauvage appelée Oryza barthii. Le riz asiatique a lui été domestiqué en Chine il y a quelque 10.000 ans. Les résultats confirment l’hypothèse d’un seul centre de domestication du riz africain, le long du delta du Niger.

«Nous apportons la preuve solide que Oryza glaberrima a été domestiqué de façon indépendante à partir d’Oryza barthii», a déclaré à l’AFP le principal auteur de l’étude, Rod Wing, de l’université d’Arizona (États-Unis). Les deux processus distincts de domestication, en Asie et en Afrique, ont conduit pour les deux riz à la sélection de gènes pour limiter l’égrenage (la chute spontanée des graines) et augmenter les rendements.

9 milliards de bols de riz

On prévoit que (…) Lire la suite sur 20minutes.fr