Interview d'une expatriée à Dubaï

Fatima El MorabtiNous sommes partis à la rencontre d’une jeune expatriée aux Emirats Arabes Unis  qui effectue un stage pour ses études, et s’est découverte une vraie passion pour l’expatriation !
Présente-toi un peu. Quelle est ta tranche d’âge, que fais-tu dans la vie, es-tu toute seule à Dubaï, et surtout pourquoi Dubaï ?     Je m’appelle Fatima El Morabti, j’ai 23 ans, je suis française d’origine marocaine et je suis actuellement étudiante en Master II Management International. Je vis à Dubaï depuis un mois maintenant mais je ne suis là que pour une période limitée.  Je suis venue ici pour un stage dans le domaine du marketing. Pourquoi Dubaï ?? Bonne question !! J’aime voyager, découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures, aller à la rencontre des gens… et quand on regarde à la télé des documentaires sur Dubaï, j’avoue que cela fait plutôt rêver ! Ces grands buildings en plein milieu du désert, le soleil, les plages… qui ne rêvent pas de travailler dans ce type d’environnement ?  De plus, Il faut dire que la situation économique en France se dégrade de plus en plus, donc pour une jeune étudiante qui ne va pas tarder à intégrer le monde du travail, je me suis dit qu’une expérience à l’étranger serait un atout sur mon CV et on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve en France donc j’ai voulu découvrir Dubaï, leur mode de vie pour pourquoi pas m’y installer un jour mais si et seulement si une bonne opportunité professionnelle s’offre à moi.
Plutôt posée ou aventurière ? Est-ce ta première expérience hors de France?
Je dirai plutôt aventurière… C’est ma deuxième expérience à l’étranger. Avant de venir à Dubaï, j’étais en Malaisie pour un stage de 3 mois et demi.. comme dit le proverbe : les voyages forment la jeunesse !  C’était une expérience inoubliable et je pense qu’elle a été bien plus enrichissante que celle que je vis à Dubaï car je me suis retrouvée dans un environnement totalement différent de l’Europe. L’intégration a été un peu difficile au début à cause du décalage horaire, de la chaleur, des repas épicés… mais finalement j’ai fini par m’adapter et en grande partie grâce aux Malaisiens qui sont très accueillants.
Décris-nous ton installation aux Emirats arabes unis. As-tu rencontré des difficultés particulières ?
Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières pour mon installation car j’ai des amis sur place qui m’ont pas mal aidé pour me trouver un logement par exemple.
Quelle est finalement la principale difficulté que tu rencontres aux Emirats arabes unis?
Mon stage n’étant pas rémunéré, je dirai que la principale difficulté est financière. Le coût de la vie à Dubaï est élevé. Les prix des loyers sont exorbitants, de plus sans voiture ce n’est pas facile de se déplacer et aller où l’on veut. Certes, il y a le métro mais il ne dessert pas toutes les zones du coup il faut prendre un taxi ce qui n’est pas donné non plus.
Au contraire, qu’est ce qui a changé d’un point de vue positif depuis que tu ne vis plus en France ?
Je pense être plus ouverte d’esprit,  grâce à ces différents voyages, j’ai rencontré des personnes issues de différentes nationalités, ça a été un plaisir de découvrir leurs cultures, leurs mœurs et d’échanger avec eux nos points de vue sur différents sujets.
As-tu une anecdote ou un souvenir qui t’a marqué à nous faire partager?
Désolé mais aucune anecdote ne me vient à l’esprit pour l’instant. Une chose qui m’a marqué  c’est les conditions dans lesquels certains ouvriers travaillent. Un jour, je suis parti à Deira avec une amie à la recherche de ce fameux souk Naif et on s’est trompé d’endroit, on s’est retrouvé dans un quartier pauvre de Deira et il y avait des ouvriers qui travaillaient comme couturiers mais dans des conditions de travail très difficile (5 ou 6 ouvriers dans une petite pièce parfois sans clim et  certains travaillaient par terre) et je ne vous parle pas de leur salaire…
Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite venir tenter l’aventure à Dubaï?
De garder les pieds sur terre ! J’ai rencontré pas mal de personnes qui sont venus à Dubaï dans le but de trouver un travail et de s’y installer. Après 3 voir 4 mois de recherches ils n’ont toujours rien trouvé et pourtant ils sont diplômés et ont de l’expérience. J’ai entendu dire que pour trouver du travail, vaux mieux être pistonné (comme dans pas mal de pays me direz-vous !) et même ne serais- ce que pour trouver un stage il faut être pistonné, enfin c’est le sentiment que j’ai eu pendant mes recherches, et oui la concurrence est rude ici !  Après il y a ceux qui sont plus chanceux et qui ont réussi à trouver rapidement. En tout cas, je souhaite bon courage à tous ceux qui envisagent de tenter leur chance à Dubaï. Je ne veux pas les décourager, soyez persévérant vous finirez par avoir ce que vous voulez !
Et alors Dubaï, c’est vraiment l’eldorado?
L’eldorado ? C’est un bien beau mot pour décrire Dubaï bien qu’il l’est souvent reprit par certains journalistes. Dubaï est un pays avec ses avantages et ses inconvénients comme tout autre pays. La qualité de la vie est certes meilleure, le côté luxueux fait rêver certains d’entre nous, mais la seule solution c’est de trouver un travail et comme je l’ai dit précédemment ce n’est pas toujours facile. Ah, il y a une autre solution pour les demoiselles qui me vient à l’esprit : se marier avec un beau et riche Emirati ! lol
Pour terminer, je tiens à remercier l’équipe de Dubai immobilier Magazine qui m’a permit de partager mes impressions sur mon expérience à l’étranger. Je tiens à préciser que ce sont mes opinions et qu’elles n’engagent que moi. Vous rencontrerez sûrement d’autres expatriés qui vous donneront une autre opinion de leur séjour à l’étranger. C’est important d’avoir des témoignages mais nous sommes tous différents, donc le mieux c’est d’y aller et de juger par soi-même !