Enseignement et formation en montagne

montagne formationLa 12e promotion est dans les starting-blocks ! Dans quelques semaines, de nouveaux diplômés vont sortir du centre universitaire Robert-Naudi et rejoindre les refuges de montagne. Depuis douze ans déjà, l’Isthia (1) propose une formation au métier de gardien de refuge. Si elle n’est pas obligatoire, elle est vivement conseillée. Née dans le département, cette formation a rapidement été exportée dans les Alpes, plus précisément à Autrans, dans le Vercors, où la formation se déroule tous les deux ans, en alternance avec l’Ariège.

Le contenu des treize semaines qui mènent au diplôme universitaire ? Les cours théoriques (pendant deux mois et demi) portent sur quatre grandes thématiques : la connaissance du milieu montagnard, la sécurité (nivologie, météo, orientation…), la gestion et la comptabilité, et la communication (marketing, web, langues étrangères…). À ces thématiques s’ajoutent différents modules, tels que la gestion environnementale, les économies d’énergie.

Et comme le métier est avant tout un métier de terrain, les apprentis gardiens passent également six semaines minimum en refuge. Pour Béatrice Caucat, de la promotion 2007, «cette formation a surtout été l’occasion de rencontres en refuge. Les gardiens nous ont ouvert leur porte. Une expérie

nce enrichissante qui m’a permis, en plus de mes différentes expériences d’aide gardienne, d’obtenir aujourd’hui un refuge à garder !»

(1) Institut supérieur du tourisme, hôtellerie et alimentation, école interne de l’université Toulouse Jean-Jaurès ; renseignements sur le site www.isthia.fr

Source: ladepeche