Emission Radio sur la Forêt de Fontainebleau

Une très belle émission radio sur la Forêt de Fontainebleau. Elle est parcourue chaque année par près de 20 millions de personnes : randonneurs, naturalistes, vététistes, bucherons, alpinistes du dimanche, artistes peintres, chasseurs, ramasseurs de champignons, scouts, ermites, « eco-warriors » et groupuscules paramilitaires… 

 

Cela a valu au fil des décennies un empilement de normes de protection : zone Natura 2000, zone floristique spéciale, forêt d’exception, réserve de biosphère, etc. Une overdose réglementaire à la française, à un tel point que ce lieu est devenu l’emblème d’un débat public exacerbé, entre usagers lobbyistes des « loisirs de plein air » et conservateurs zélés du patrimoine naturel. Aujourd’hui, un projet de classement comme « Parc National » et un autre visant à inscrire les lieux au « Patrimoine Mondial » de l’Unesco sont en cours. Sur place, les réactions contradictoires de l’Etat, des élus, de l’ONF, des scientifiques et des associations racontent un enjeu : la gestion de la Nature, à une époque où les normes et les décisions politiques sont de plus en plus contestées par les citoyens.

« J’ai moi-même campé, grimpé, erré, désiré et filmé dans cette forêt emblématique. J’y suis allé nu ou équipé, sous la neige et en plein incendie. J’y ai passé des nuits entières à tendre l’oreille aux hardes de sangliers où à raconter des légendes criminelles qui font peur. Là-bas, j’ai caressé les bruyères, rencontré des sylvains, découvert l’Impressionnisme, évité des barbouzes. » Laurent Védrine

Le récit de « Bleau » par Laurent Védrine et Jean-Philippe Navarre est celui d’un monde à part dans le paysage français, un espace hybride, une nature artificialisée et balisée mais néanmoins sauvage, qui offre gratuitement aux urbains de la métropole une précieuse proximité avec leur « sauvagerie ». Un temps d’immersion sylvestre, pour se faire une certaine idée du recours aux forêts.

Source

Noter cet article