Devenir propriétaire aux Etats-Unis

Chez l’oncle Sam, où la population est très mobile, les droits de mutation sont minimes. Les taxes payées lors du transfert d’un bien varient selon les États : ce sont des taxes d’État et non pas du gouvernement fédéral. Si on exclut les autres coûts de la transaction (notaire, coûts de financement, cadastre etc.) elles seront de l’ordre de 1 %.De même, la fiscalité des plus-values est assez douce : aux États-Unis le propriétaire bénéficie d’une exonération de 250.000 dollars sur la plus-value réalisée (500.000 pour un couple marié) lors de la vente de sa résidence principale dès lors qu’il y a vécu pendant deux ans au cours des cinq dernières années. D’autres critères peuvent s’appliquer.
Côté prix, il est difficile de brosser un tableau précis. Il existe de trop grandes disparités d’un état à l’autre et d’une ville à l’autre. Si les statistiques du US Census Bureau indiquent des variations entre 336 et 240 dollars du m◊, ces chiffres ne sont pas représentatifs et ne doivent être pris qu’à titre indicatif.
Environ deux Américains sur trois (65%) sont propriétaires, alors qu’ils étaient aux environs de 70 % en 2005 : la crise est passée par là. Comme en Europe, la très vaste majorité (86%) des transactions sont réalisées avec l’aide d’un agent immobilier, qui demande une commission de 5 à 6 %.

Source: directgestion.com

Noter cet article