Comprendre l’orage en randonnée [vidéo]

Les orages en randonnée de montagne présentent des particularités telles qu’elles suscitent des risques importants de par leurs conséquences, notamment pour les alpinistes, les randonneurs et les parapentistes.

Perturbation atmosphérique violente, accompagnée d’éclairs, de tonnerre, de rafales, d’averses de pluie ou de grêle. Chaque année en France, les orages font d’importants dégâts et environ une dizaine de personnes sont victimes de la foudre. Pour comprendre ce qui provoque ces colères du ciel, l’équipe de C’est pas sorcier part traquer les cumulonimbus et les éclairs en compagnie d’un chasseur d’orage.



Les orages peuvent se produire en toute saison, tant que les conditions d’instabilité et d’humidité de l’air sont présentes. Le plus grand nombre se retrouve sous les tropiques et leur fréquence diminue en allant vers les pôles où ils ne se produisent qu’exceptionnellement. Dans les latitudes moyennes, le nombre varie avec la saison. 

Comment se forme la foudre ? A quelle vitesse évolue la foudre ? Combien d’éclairs compte-t-on chaque année dans le monde ?



Orage multicellulaire électrique

Durant la soirée du 24 mai 2012, un contexte très instable (+/- 2500 j/kg de CAPE) demeurait sur la Belgique depuis la mi-journée. Si l’après-midi, une inversion omniprésente avait du mal à être percée par un manque de forçages digne de ce nom, l’arrivée d’une faible dynamique en soirée suffit à faire éclore plusieurs orages sur le pays. Ces derniers possédant souvent des aspects hors-normes trahissaient la forte instabilité dont ils bénéficiaient.

Dans le sud de la Belgique, un orage multicellulaire s’est formé avec une rapidité spectaculaire à l’ouest de la province de Luxembourg dans la région de Mogimont durant la soirée. Outre les structures dantesques durant la profonde convection, une puissante activité électrique s’est manifestée durant le début de la nuit, offrant des images de choix pour le premier court-métrage illustratif de la saison.



Coups de foudre et précipitations intenses

Durant les soirées des 04 et 05 juillet 2012, des orages multicellulaires parfois intenses se sont développés sur la moitié ouest de la Belgique. De nature peu mobiles, ces cellules déversèrent souvent d’importantes précipitations sur des surfaces restreintes engendrant ainsi un bon nombre d’inondations.

Par ailleurs, le vent et l’activité électrique furent bien présents mais sans excès même si l’intensité des coups de foudre pouvait se révéler impressionnante. Le film ici présent retrace l’atmosphère qui régnait durant ces deux journées même si l’essentiel des images proviennent de la seule journée du 04 juillet 2012. Cependant, les structures orageuses assez marquées du 05 juillet 2012 ont été mises à l’honneur pour l’ouverture de ce court-métrage.