Comment sauver la planète ?

Modérer sa consommation, réduire ses déchets, épargner utile… Voici sept pistes pour devenir un citoyen (presque) modèle. Face à l’urgence climatique et l’inertie des Etats, un nombre croissant de citoyens aspirent à bouger les lignes. Pas question de faire la révolution, mais plutôt d’opérer une évolution, basée sur de nouveaux gestes et comportements. Les pistes et les idées sont multiples.

Pour certains, la priorité est de bannir la consommation à outrance. Pour d’autres, l’enjeu est de réduire leurs déchets et de modérer leur appétit pour la viande. Parmi les aspirants au changement, d’autres encore veulent avant tout donner du sens à leur argent. Certains surveillent leur consommation d’énergie et leurs moyens de locomotion. Et vous ? En ce 1er janvier, c’est le moment ou jamais de prendre de bonnes résolutions. La planète vous remercie d’avance.

Je consomme moins et mieux

La bonne résolution. Avec leurs deux enfants, Bénédicte Moret et Jérémie Pichon (1), font la traque aux achats. Les raisons ? “Notre société de consommation est trop vorace en ressources naturelles et cela entraîne une pollution croissante, nous ne voulons pas participer à cela autant que possible”, explique Bénédicte. Ces habitants d’Hossegor ont troqué leur maison de 150 m² contre un appartement trois fois moins spacieux. “Du coup, faute de place chez nous, les objets circulent : nous achetons et revendons nos vêtements dans des vide-greniers ou sur des sites spécialisés, qui géolocalisent et mettent en relation les particuliers”, précise-t-elle. Loin de la mode du jetable, la famille privilégie les articles de qualité. Et plutôt que de multiplier les petits cadeaux qui finiront au fond d’un coffre à jouets, “nous passons des moments en famille, comme une nuit dans une yourte”. Les jolis souvenirs, ça ne pollue pas.

(1) Ils publient en mars l’ouvrage Famille en transition après La famille (presque) zéro déchet (Ed. Thierry Souccar).

Les conseils de l’expert. Notre société de consommation pousse aux achats compulsifs. “Aussi avant de sortir le porte-monnaie, se questionner est essentiel : s’agit-il d’une simple envie ou d’un réel besoin ? Pourquoi ? Que cela va-t-il m’apporter ?”, recommande Julien Vidal, auteur de l’ouvrage Ça commence par moi (Ed. Seuil) et du site éponyme. Besoin d’une perceuse ? “Inutile de sortir sa carte bleue pour un produit neuf, des études ont montré que l’on utilisait ce type d’outils de bricolage 12 minutes dans sa vie”, rappelle Julien. A la place, pourquoi ne pas se rendre sur des plateformes de prêt d’objet comme Mutum et Smiile? Autre option : l’échange d’articles via des sites ou le réseau des SEL (systèmes d’échange locaux). Il est aussi utile d’apprendre à réparer ce qui est cassé en se rendant dans un “repair café” ou en suivant un tuto en ligne. Enfin, si l’on est contraint d’acheter l’objet, autant essayer d’en dénicher un d’occasion dans une ressourcerie, chez Emmaüs ou dans des magasins d’occasion.

Lire la suite sur lexpress…

Noter cet article