Un canoë transparent pour voir les fonds marins

Le bateau imaginé par Jean-Michel Le Grand et des étudiants de Le Dantec à Lannion (Côtes-d’Armor) a pris la mer pour la première fois il y a quelques jours. Et l’expérience s’est avérée plutôt concluante…

« Le canoë est très stable et la visibilité est excellente, on peut voir jusqu’à 2 m de profondeur ! » De retour sur le sable brûlant de la Grève Blanche, à Trégastel (Côtes-d’Armor), le kayakiste Alexandre Monfort n’a pas tari d’éloges sur l’embarcation qu’il a contribué à réaliser.

Étudiant, il a fait partie des cinq élèves de licence pro mécanique et simulation numérique du lycée Le Dantec à Lannion (Côtes-d’Armor) à plancher sur le projet porté par le Trégorrois Jean-Michel Le Grand. Ce dernier, ancien chef d’entreprise spécialisé dans les technologies 3D, a rejoint la Corse pour s’y reconvertir dans l’industrie touristique.

D’où cette idée de proposer à la location une embarcation qui permette à ses usagers de contempler le monde s’ouvrant sous leurs pieds.

« Il nous a contactés en décembre pour nous demander un bateau entièrement transparent, rembobine Alexandre. Mais ce n’est pas possible pour le moment car on ne peut pas mouler une pièce aussi grande en plexiglas. » C’est précisément cette matière que Jean-Luc Sévenou, de l’entreprise D2C, à Trélévern (Côtes-d’Armor), a utilisée pour équiper un canoë déjà prévu pour la navigation en mer d’un hublot transparent.

Bientôt davantage de transparence ?

Rehaussée de quelques centimètres par rapport au niveau du reste de la coque, cette vitre ne pose pas sur le sable, afin de limiter ses effets abrasifs. Néanmoins, le plexigas peut être changé en cas de choc ou de rayures.

« Les étudiants ont procédé à des scans sur ce modèle pour étudier la possibilité d’aboutir à une embarcation entièrement transparente à l’avenir, a laissé entendre David Le Roy, directeur du campus des métiers et des qualifications du lycée Le Dantec. Quoi qu’il en soit, nous pourrons toujours décliner d’autres versions à partir de celle-ci. »

Deux canoës de ce type ont vu le jour jusqu’à présent et seront testés en Corse pendant la saison estivale avant d’envisager leur plus large commercialisation.

Baisse de vigilance

Le bateau a déjà suscité curiosité et intérêt auprès des touristes qui profitaient du week-end de l’Ascension, sur la plage de Trégastel.

Quelques privilégiés ont même pu donner des coups de pagaie depuis le canoë. « Il y a tout de même quelques habitudes à prendre, prévient Alexandre Monfort. Il ne faut pas poser les pieds sur le hublot mais sur les cale-pieds prévus à cet effet ! »

Autre inconvénient, difficile pour le kayakiste de ne pas garder les yeux rivés sur le spectacle marin. Gare aux carambolages si l’innovation devait rapidement se propager !

Marie LENGLET.

Source: ouest-france