Al Hessa Falasi, créatrice de mode à Dubai

Al Hessa FalasiLa créatrice émirati Al Hessa Falasi est reconnu pour ses innovations.
“Il semble que j’ai mis au point les tendances que les autres suivent,” explique la résidente de Dubaï âgé de 25 ans. “J’ai remarqué que certains designers avaient tendance à copier les modèles de collections que j’ai moi-même lancés.”
Al Falasi connaît le succès il y a sept ans, quand elle a commencé à ceinturer les traditionnelles et amples abayas. Ce simple changement dans la silhouette lui a permit de lancer son entreprise et de s’établir un nom sur le circuit de la mode dans la région.
« J’ai créé la première « abaya ceinturée », tenue à la taille par une ceinture » explique-t-elle.

” C’était ma première collection, inspirée par les années 1920. C’est devenu la tendance la plus à la mode de la saison et des sept dernières années. Même moi, je suis surprise de constater  que cela a duré autant !”.
La passion pour la mode d’Al Falasi a commencé lorsqu’elle était enfant et qu’elle confectionnait des robes pour ses poupées. La mère d’Al Falasi n’a pas tardé à reconnaître le talent de sa fille pour la conception et l’a encouragée à mettre ses idées sur papier.

Un dessin d’une tenue pour le mariage d’un ami a été transformé en une robe quand elle n’avait que 13 ans et cela a déclenché la passion de sa vie.
“Je l’ai conçue moi-même, acheté le tissu et ma mère et moi sommes l’avons fait faire par un couturier », dit-elle. « C’était une belle robe de mousseline de soie verte, avec deux types de tissus et une doublure couleur citron pâle. Tout le monde s’arrêtait et me demandant ce dont il s’agissait et, même si j’étais jeune, je savais que ma première création était un succès “.
Dans les années qui ont suivi, Al Falasi a suivi des cours en design de mode et de coupe de modèles, et a même fait appel à un designer pour l’accompagner au cours des premières étapes de sa carrière. En 2006, elle était s’apprête à lancer sa première collection d’abayas, une gamme principalement née d’un besoin de nécessité.


“Depuis que j’ai 15 ans, je n’ai jamais aimé ce qui était disponible sur le marché,” dit-elle. “Il n’y avait pas beaucoup de créateurs d’abayas et la plupart étaient très cher, avec des tarifs commençant à 3, 000 Dirhams E.A.U. Les modèles étaient très simples et très ennuyeux. Tout le monde portait les mêmes styles et je supportais mal de ne pas pouvoir y trouver ma propre personnalité “.
Il en a résulté une collection d’abayas inspirées par les années folles, une décennie incarnée par des femmes s’affranchissant des modes plus restrictives des époques précédentes. Drapage, tissus pliés et volants caractérisent les conceptions d’Al Falasi et, bien sûr, sans oublier l’humble ceinture.
« Les gens ont adoré les modèles, ils n’ont choqué personne. », dit-elle. « Je leur ai conseillé d’en acheter,  que ceinturer une abaya serait la tendance la plus à la mode de la saison. Mais j’ai été vraiment surprise de constater à quelle vitesse c’est devenu une coupe classique “.
Bien que la forme des abayas d’Al Falasi peut avoir repoussé les limites, elle s’est d’abord contentée de travailler avec le noir classique. Après avoir déposé officiellement son label en 2011 et avoir cumulé les voyages – qui lui ont permit d’élargi sa connaissance de l’art et de la musique – sa palette de couleurs et sa créativité ont pris vie.

Elle n’est pas seulement une grand fan de la musique arabe classique, mais  aussi des rythmes tribaux. Elle se rend aussi régulièrement en Europe pour étudier de près les peintures de ses artistes préférés, tels que Gustav Klimt. Elle a été tellement impressionnée par le travail de Klimt à Vienne qu’elle a personnalisé certains des tissus d’une collection passée, dont les détails imités les lignes et coups de pinceau léger comme une plume de ses dessins.

Même si elle n’a pas complètement renoncé au monochrome, les robes d’aujourd’hui d’Al Falasi sont dans les tons menthe verte et orange mandarine. Les kaftans, aussi, sont un mélange de couleurs pourpres et bleues, en passant par du roux automnal et des bruns.

“Je peux porter une abaya pleine de couleurs, puis la recouvrir d’une couche de mousseline de soie », dit-elle. “J’utilise aussi souvent de la dentelle noire sur les tissus colorés.”
Bien que les couleurs de base et les morceaux de ses vêtements découpés au laser peuvent passer du bleu marine au jaune canar, Al Falasi s’attache toujours à certaines traditions.
“J’essaie d’utiliser des couleurs vives pour les collections automne/hiver, comme le rose chaud sous le velours, cela s’accorde vraiment bien », affirme-t-elle. “Mais les abayas colorées n’ont pas toujours besoin d’être aussi lumineuses, les couleurs doivent rester un peu discrètes  et donner une touche conservatrice. Je suis aussi persuadée de cela. ”

 

Traduit du site The National