Vente du Rafale au Qatar ?

rafale Émirats arabes unisLe ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a défendu mardi les couleurs de l’industrie française de l’armement, sur les rangs pour de juteux contrats au Qatar dans la foulée du succès de l’avion de combat Rafale.
“Le Qatar est un partenaire stratégique de la France. Il ne faut pas mégoter sur les mots”, a déclaré M. Le Drian en marge du salon de l’industrie militaire navale DIMDEX à Doha, en référence à la proximité de vues entre les deux pays sur la situation régionale et aux liens de défense bilatéraux.
Signe le plus concret de ce partenariat, l’armée qatarie a passé commande de 24 Rafale en 2015 pour 6,3 milliards d’euros. “Ce succès, je l’espère, en appellera d’autres”, a déclaré le ministre devant les industriels français présents au Doha International Maritime Defense Exhibition (Dimdex).
Le groupe de construction navale militaire DCNS est candidat pour la vente de trois frégates antimissiles au Qatar -un marché de trois à quatre milliards d’euros- et le constructeur Nexter pour celle de 300 véhicules de combat de type VBCI (deux milliards).
“Peut-être que le chiffre 13 est un chiffre de chance”, a lancé le ministre qui effectuait son 13e déplacement à Doha depuis sa prise de fonctions en mai 2012.
Au Dimdex, M. Le Drian a fait le tour de plusieurs stands tricolores avec le jeune émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, visiblement très à l’aise en français. “Je connais”, a souri l’émir devant le stand de Dassault, constructeur du Rafale. Les deux hommes ont aussi échangé quelques mots sur le match de football qui opposera le PSG, financé par le Qatar, à Lorient, ville natale du ministre français en Bretagne, en demi-finales de la Coupe de France en avril.
M. Le Drian a aussi eu l’occasion de vanter les mérites du “made in France” lors d’un entretien avec le ministre d?État qatari à la Défense, Khaled ben Mohamed al-Attiya.

Lire la suite sur LeParisien…