Un mariage de mode et d’entreprise

Samedi 29 Novembre 2008 Acra.jpg La créatrice vedette Reem Acra – célèbre pour ses robes nuptiales élégantes et fascinantes – est convaincue que la crise financière mondiale n’affectera pas le marché du mariage aux EAU. Malgré un ralentissement des dépenses aux US – le prix d’un mariage est d’environ 28,704 $ (Dh105,429) et, est légèrement en baisse par rapport à l’année dernière, selon la société The wedding Report – il n’y a aucun signe de ralentissement aux Emirats : un mariage moyen coûte 82,000 $ (Dh301,186) selon une étude commandée cette année par l’IIR (l’Institut pour la Recherche Internationale), qui organise le Salon du Mariage à Dubaï (The Bride Show Dubai). Reem Acra, la fondatrice de Reem Acra New York, qui a organisé son premier défilé à Dubaï cette semaine, dit que cela continuera. “Regardez autour de vous, regardez cette foule et le défilé que nous venons de faire, il n’y a aucune récession ici, c’est magnifique. Le mariage est un des jours les plus importants dans la vie d’un couple. Pour la jeune mariée, la robe est essentielle ; c’est l’expression de sa personnalité. Elle doit se sentir belle et spéciale. C’est un jour où chaque femme doit briller et, aucune femme ne veut accepter un compromis sur le coût. ” La créatrice basée à New-York, qui ne révélera pas son âge, est confiante dans l’industrie du mariage qui sera toujours très active ici. Mais, en Amérique, selon son avis : “maintenant c’est une autre histoire, les gens se serrent la ceinture dans tous les secteurs, y compris celui du mariage”. Le défilé a eu lieu dans la salle de bal Falak de l’hôtel Burj Al Arab, pour une audience privilégiée. Les somptueuses robes brodées de Reem Acra, native de Beyrouth, ont enthousiasmé les futures jeunes mariées. Comme les séduisants mannequins ont défilé autour des tables ornées de roses rouges sur de la musique parisienne, beaucoup de personnes parmi le public d’élites ont pu prendre des notes et des photos. Selon un sondage récent effectué au salon britannique du mariage, ce marché reste en grande partie inchangé par la crise car il s’agit d’un grand jour qui tient les gens à coeur. 61% des personnes présentes à l’événement ont dit qu’elles n’ont pas pensé que les conditions économiques impactaient le secteur, bien que 31% aient dit qu’elles surveilleraient de près leurs dépenses lors de la préparation de leur mariage. Une étude effectuée par le magazine You & Your Wedding a révélé que le coût moyen d’un mariage au ROYAUME-UNI est maintenant £ 20,273 (Dh114,080). Reem Acra, dont le prix de ses robes varie de Dh20,000 à Dh40,000, a créé sa société il y a plus de 11 ans. Quand elle a lancé sa première collection de robes nuptiales en 1997, les futures mariées sont tombées sous le charme de ses créations. Ses robes exquises correspondaient aux demandes du marché et rapidement elle a étendu sa gamme en incluant des tenues de soirées, qui sont souvent portées par des célébrités comme Angelina Jolie et Halle Berry. Le fait que les célébrités portent sa marque a évidemment aidé en termes de reconnaissance, mais elle ne pense pas qu’une jeune mariée soit plus importante qu’une autre. “Chaque jeune mariée est spéciale, céleste. Ma passion pour chaque modèle vient de qui va le porter,” dit Reem Acra parée de sa création verte émeraude. Sous l’influence du style impeccable de sa mère et l’amour de la mode, Reem Acra a toujours été fascinée par la création. Petite fille grandissant à Beyrouth, elle a accompagné sa mère dans les magasins de tissus, et a découvert les meilleures matières et les détails de création comme la broderie à la main qui deviendra plus tard la signature de son style iconique. Reem Acra a grandi, et sa passion pour la création a continué à se développer ; elle a commencé à faire des robes pour elle-même. Après le lycée, elle a suivi des études de commerce à l’Université américaine de Beyrouth, où elle a été remarquée lors d’une soirée par une rédactrice de mode qui a été captivée par sa robe – une robe ornée de soie organza et de broderie, réalisée dans la nappe de la salle à manger de sa mère. La rédactrice a immédiatement proposé d’accueillir un défilé des créations de Reem Acra, qui a eu lieu 10 jours plus tard. Reem Acra a continué ses études d’abord à New York à la Fashion Institut of Technology, puis à Paris à l’Esmod. Reem Acra a ensuite voyagé dans le monde entier ; s’inspirant des divers pays qu’elle a visités. Après avoir travaillé comme architecte d’intérieur pendant quelques années, elle a continué à développer son art à Hong-Kong et New York où elle retrouvé ses racines. En une décennie, elle a gagné une reconnaissance internationale et ses créations sont vendues dans 150 des magasins les plus exclusifs du monde, y compris Saks Fifth Avenue à Dubaï. En 2003, elle a présenté sa collection “soirée” caractérisée par sa célèbre touche personnelle et, cette année, elle a exprimé son sens de l’esthétique dans une collection moderne de pièces de prêt-à- porter qui se distingue par des tissus de couleur luxuriants et riches, et par la perfection. “Je m’inspire de New York où je vis et où je me sens chez moi ; les rues, les parcs, l’architecture, tout m’inspire,” dit-elle. Pendant sa visite de deux jours à Dubaï, la spécialiste de la robe de mariée tenait à rencontrer ses clients et a passé du temps auprès du public après le défilé. “C’est la grande arrivée à Dubaï, j’ai tant de fans ici et j’ai toujours un si merveilleux accueil. C’est formidable de rencontrer les personnes qui achètent mes créations et de savoir qu’elles sont portées ici,” dit Reem Acra, persuadée de mieux travailler sous pression. “Je crée partout et mon esprit est constamment en éveil . Je ne suis pas limitée par le temps, la situation ou le lieu,” ajoute-t-elle. Reem Acra n’évoquera pas sa vie privée, mais on a le sentiment que travail et vie personnelle sont intimement liés. “Mon travail, c’ est ma passion, ma marque et ma conception de la vie.”