Trek de 7 300 km en kayak

Partant des sources du Danube à bord d’un kayak, Gilles Lelièvre compte bien rallier Le Grau-du-Roi en cent cinquante jours. Le projet de ce périple sur l’eau – fleuve et mer – de 7 300 Km a été mûri de longue date par ce kayakiste expérimenté de 53 ans. Un rêve, une gageure, une aventure que ses copains du Kayak club du Grau-du-Roi qualifient de “fou”.

Il est vrai que des défis du même ordre, mais peut-être moins démesurés, Gilles Lelièvre en a relevé d’autres. En 2016, il a réalisé un véritable tour de France en kayak, 3 000 km en 47 jours, en empruntant rivières, canaux, fleuves et océan. Puis, en 2017, il a enchaîné avec une descente de la Loire, toujours en solitaire avec son esquif, du Puy-en-Velay à Saint-Nazaire.

Depuis, il s’est concentré sur la préparation du projet actuel. Aujourd’hui fin prêt, il va embarquer sur le kayak de mer construit de ses mains et agrandi pour avoir plus de hauteur. Départ le 30 avril des sources du Danube en Allemagne.

Au fil du cours du fleuve, il va traverser une série de pays d’Europe centrale et de l’est (Autriche, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, entre autres) avant d’atteindre la mer Noire. Puis ce sera le détroit du Bosphore, la mer Egée, la Grèce et la traversée redoutée de l’Adriatique jusqu’au pied de la botte italienne.

Là, il longera la côte méditerranéenne en Italie puis en France pour arriver à son port d’attache viscéral du Grau-du-Roi fin septembre.

Donner envie

Il a tenu à associer sa famille, et plus précisément ses fils, à son voyage. L’un l’accompagnera les premiers jours suivant son départ, l’autre le retrouvera ponctuellement à mi-chemin en Turquie.

Au cours de ce long voyage, il s’attend à se frotter à des civilisations inconnues pour lui, notamment en Europe de l’est. “À travers la réalisation de ce projet, j’aimerais donner envie aux jeunes, aux gens, de faire quelque chose dont ils ont envie, chacun à son niveau sans mettre de barrière”, dit-il convaincu.

Déjà Gilles envisage de refaire la descente de la Loire, mais cette fois avec son fils âgé de 13 ans à qui il a inoculé le virus de l’aventure.

Source