Thor Heyerdahl, explorateur

En 1947, à bord d’un radeau nommé le “Kon Tiki”, l’anthropologue norvégien Thor Heyerdahl réussissait à rejoindre l’archipel des Tuamotu en partant du Pérou, prouvant que les Incas avaient pu peupler les îles du Pacifique. Cette traversée résonne-t-elle encore dans les esprits des navigateurs ?

Deux ans après la fin de la seconde guerre mondiale, Thor Heyerdahl, un anthropologue norvégien tente ce pari fou : traverser l’océan Pacifique en radeau de bois depuis le Pérou, avec à son bord quatre compagnons de voyage, un marin et un perroquet. Il tient à tout prix à prouver au monde que les ancêtres des Incas avaient autrefois colonisé les îles polynésiennes, et pour cela il lui faut utiliser les moyens de l’époque. Il récupère alors de gros troncs de balsa dans la jungle d’Equateur et construit son propre radeau, le Kon-Tiki.

 

Le 27 avril 1947, l’équipage quitte le port péruvien de Callao. Personne ne croit que le fragile radeau tiendra plus d’une semaine et pourtant, une centaine de jours plus tard, le Kon-Tiki accoste, ou plutôt s’échoue, sur un récif de l’atoll de Raroia, dans l’archipel des Tuamotu, la réussite de l’expédition connaît un retentissement mondial. Le récit des aventures de l’équipage scandinave, traduit en cinquante langues, s’écoule à des millions d’exemplaires. Ce périple, parmi d’autres histoires d’exploration a peuplé l’imaginaire de notre invitée d’aujourd’hui.

Une émission préparée par Samuel Bernard et Clémence Allezard pour France Culture.