Par La Rando

Un parc Legoland à Dubai

dubai legoLe groupe de construction belge Besix va participer à la construction du nouveau parc à thème Legoland à Dubai. Les travaux ont été lancés le mois dernier et devraient durer deux ans. Besix, via sa filiale Six Construct, a embauché 500 personnes. La valeur du contrat est estimée entre 250 et 300 millions de dirhams (52 à 60 millions d’euros).

Legoland possède déjà six parcs dans le monde dont l’un au Danemark et un autre en Floride. Le parc de Dubai sera le premier du Moyen-Orient. Il fera partie d’une offre élargie de parc d’attractions regroupant un parc Bollywood et un Motiongate, une variante d’Universal Studios.

Le développeur du projet est la société Meraas Holding, qui a reçu le soutien du cheikh Mohammed bin Rashid al Maktum. Selon le journal américain USA Today, il veut investir 2 milliards d’euros dans un ensemble de parc à thèmes qui doit attirer de nombreux touristes à l’occasion de l’Expo de 2020 à Dubai. Selon le journal américain, il aurait notamment pour projet de créer la plus importante grande roue du monde et un parc basé sur le Coran.

Ce n’est pas la première fois que la société Besix est sollicitée pour un projet de loisirs. Besix a déjà été impliquée dans la construction du Ferrari World à Abu Dhabi.

Source: 7sur7.be

Par La Rando

Le parc national Wadi Wurayah de Fujairah

Selon The National, quotidien émirati, le travail environnemental des bénévoles au parc national Wadi Wurayah de Fujairah a réuni des résultats importants pour les scientifiques qui cherchent à préserver l’écosystème fragile de la région.
Entre le mois de Septembre 2013 et ce mois d’Avril, plus de 270 personnes provenant de 12 pays se sont portées volontaires pour la première étape du Programme de Recherche et d’Apprentissage de l’Eau dans la zone protégée, récoltant ainsi des données sur la qualité de l’eau douce dans des bassins, et fournissant des renseignements essentiels aux scientifiques pour tracer le bien-être de l’écosystème au fil du temps.
“Ils ont obtenu des résultats spectaculaires,” a déclaré le Dr Olivier Combreau, chef du parc et d’un expert au sein de la Société de la Faune – World Wide Fund for Nature, qui est un partenaire de ce programme avec l’organisme de bienfaisance de l’environnement international, Earthwatch, la Banque HSBC Moyen-Orient et le Gouvernement de Fujairah.
L’accès à Wadi Wurayah a été fermé au public en Décembre l’an dernier, quand le prince héritier de Fujairah, Cheikh Mohammed bin Hamad Al Sharqi, a officiellement fermé les portes pour permettre au site de se reconstruire après des années de présence humaine.
Le parc sera prêt à rouvrir après le développement d’infrastructures pour y accueillir les visiteurs, tout en empêchant les animaux et  les plantes rares d’être perturbés.
Chaque semaine au cours du programme un groupe de bénévoles de HSBC passera cinq jours au parc. Ils ont été formés pour effectuer des tests d’eau, compter les libellules et les demoiselles, à attraper et mesures les crapauds et vérifier des pièges photographiques. En tout, plus de 275 échantillons d’eau douce ont été recueillis, plus de 400 libellules marquées, et environ 300 crapauds mesurés.

Ces données sont une contribution précieuse aux scientifiques du parc, a déclaré le Dr Combreau.

«Sans les bénévoles, il nous aurait fallu de longues heures de travail pour obtenir toutes ces données,” a-t-il déclaré.

Les volontaires ont été formés pour savoir comment effectuer des tests simples pour mesurer les concentrations en nitrates et phosphates – ce qui peut favoriser la croissance des algues d’eau – et pour mesurer l’opacité de l’eau. Ils ont également testé des niveaux des bactéries coliformes dans les bassins situés près de la cascade principale du parc.
Les scientifiques ont noté que des niveaux élevés de bactéries peuvent constituer une menace pour la santé des visiteurs, mais des tests plus récents ont montré que ces niveaux de bactéries avaient chuté.


Marquer les libellules implique de devoir les attraper dans les filets, puis de les épingler sur un tableau magnétique sans les blesser. Un grand nombre de libellules ont ainsi été marquées  sur leurs ailes. Ses études devraient donner lieu à des données sur la viedes libellules, leur durée de vie, leur nombre et leurs cycles de reproduction.
Les libellules sont très sensibles à la qualité de l’eau et leur abondance ou ont également le rôle d’indicateur global de l’état d’un écosystème. Ce fut aussi la raison pour laquelle les crapauds et autres insectes ont été étudiés.
Au sein de ces bénévoles, Hazel Jane D’sa, 16 ans, qui a assisté, avec sa mère, un employé de la HSBC. Elle dit avoir adoré apprendre autant de choses sur les problèmes de pénurie d’eau.
“J’ai déjà recommandé le programme à des amis et la famille. », dit-elle.

 

Sabrin Rahman, directrice principale de la durabilité des entreprises pour HSBC Moyen-Orient, a déclaré que la banque avait soutenu le projet Wadi Wurayah depuis plusieurs années avec le personnel bénévole, à la hauteur de plus de 3600 heures à des nettoyages et d’autres activités.

“HSBC a aidé à lancer le premier centre de recherche de l’eau au Moyen-Orient dans les E.A.U à agir comme une plaque tournante pour les recherches environnementales, les activités essentielles de la ressource en eau et la gestion des écosystèmes », dit-elle.