Par La Rando

Gaz de schiste en Arabie saoudite

Alors que la demande mondiale de pétrole brut est en baisse, le prince saoudien Al-Walid Ben Talal a affirmé ce dimanche 28 juillet que le gaz de schiste, produit notamment aux États-Unis, « constituait une menace pour l’économie saoudienne ».

Qu’est-ce que le gaz de schiste  ?

Ce sont des hydrocarbures contenus dans des roches sédimentaires argileuses, situées entre un et trois kilomètres de profondeur, qui sont à la fois compactes et imperméables. C’est un gaz “non conventionnel”, piégé dans la roche et qui ne peut pas être exploité de la même manière que les gaz contenus dans des roches plus perméables. Son exploitation nécessite le plus souvent des forages horizontaux et une fracturation hydraulique de ces roches profondes. Le gaz remonte à la surface à travers un tube en acier puis rejoint un gazoduc. L’huile de schiste, pétrole contenu dans une roche que les géologues appellent « roche mère », provient des couches de sédiments chauffés et liquéfiés au fil du temps. Une partie du pétrole contenu dans la roche mère a été expulsée et a migré vers le haut jusqu’à rencontrer une « poche » protégée par une barrière étanche pour former un gisement dit « conventionnel ». Une autre partie du pétrole, ou huile de schiste, est restée piégée dans la roche mère formant un gisement de pétrole dit « non conventionnel ». Lire la suite sur Lacroix

Par La Rando

Gaz de schiste en Arabie Saoudite

L’Arabie saoudite envisage de produire du gaz de schiste dont les réserves pourraient être deux fois plus importantes que celles de gaz traditionnel, a annoncé le Wall Street Journal, citant le ministre saoudien du Pétrole Ali Al-Naïmi.
« Selon nos estimations préliminaires, les réserves [saoudiennes] de gaz non traditionnel s’élèvent à 600 000 milliards de pieds cubes. Ce potentiel est immense, et nous envisageons de l’exploiter », Lire la suite…

Par La Rando

Gaz de schiste en Algérie

Abdelmalek Sellal a annoncé que l’exploitation des gaz de schiste n’aura pas lieu avant 2040. Faut-il le croire ? Non, analyse B. Mahdi, dans cette contribution.L’exploitation des gaz non conventionnels ne relève pas du caprice quand tous les indices montrent qu’un grave problème de disponibilité risque de survenir beaucoup plus tôt que prévu… Dans une dizaine d’années quand Sonatrach cessera d’être exportatrice de pétrole et de gaz… L’exploitation des gaz de schistes n’est cependant pas la solution miracle, le vrai problème étant l’absence d’une politique énergétique pour brider une consommation qui explose. Lire la suite “Gaz de schiste en Algérie”