Par La Rando

Gamesa va développer le premier projet éolien du Koweït

La société espagnole spécialiste de l’énergie éolienne Gamesa a reçu une commande visant au développement du premier parc éolien du Koweït. Deux autres projets sont également sur les rails, l’un en Turquie, l’autre à Chypre.

 

 

D’autres turbines attendues à Chypre et en Turquie

Selon un communiqué, Gamesa s’est engagé à développer un projet éolien de 10 mégawatts au Koweït. En Turquie, ce seront 52,5 mégawatts de capacité éolienne qui devront sortir de terre et 10 mégawatts à Chypre, soit un total de 72,5 mégawatts.

Au Koweït, Gamesa installera cinq turbines G97-2.0 MW. Une coentreprise formée par Elecnor et son partenaire local Alghanim est en charge de la gestion du projet, la mise en service du site devrait intervenir d’ici 2016.

En Turquie, Gamesa fournira et installera 40 MW pour Ado Enerji dans la région d’Akyurt (qui disposera de sept turbines G114-2.0 MW), de Konakpinari (sept turbines G114-2.0 MW) et Karacayir (six turbines G114-2.0 MW). La société espagnole assurera également les opérations courantes et le service de maintenance durant les cinq années de développement des projets.

Les turbines installées seront équipées de la technologie MaxPower, ce qui augmente leur capacité nominale de 2,0 MW à 2,1 MW. La production se retrouvera ainsi stimulée et atteindra 42 mégawatts.

Selon Gamesa, ces turbines seront fournies à partir du deuxième trimestre 2016, la date d’achèvement de l’installation est, quant à elle, prévue au cours du troisième trimestre de la même année.

Le fabricant espagnol devrait également assurer la fourniture en Turquie de turbines de modèle G114-2.5 MW, pour une capacité globale de 12,5 MW, à destination de la Kazanci Holding, qui les attend pour la finalisation du site éolien de Datça à compter du deuxième trimestre 2016 (l’installation commencera le trimestre suivant). Cette commande marquera notamment l’introduction de la nouvelle turbine G114-2.5 MW de Gamesa sur le marché.

A Chypre, Gamesa devra honorer la commande de cinq turbines G114-2.0 MW passée par le conglomérat local Aeoliki Akti. Le site de production éolienne se situera dans la région de Sanida et Kelaki, la livraison est attendue en 2016, pour une installation qui est censée commencer au troisième trimestre de la même année.

 

 

Par La Rando

Energie éolienne pour Oman

dubai eolienne uaeOman va faire bâtir la plus grande ferme éolienne des six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui sera capable de fournir 16.000 foyers en énergie propre en économisant 110.000 tonnes de dioxyde de carbone par an.

La compagnie émiratie Masdar, qui a annoncé mercredi par communiqué ce projet de 125 millions de dollars, construira l’infrastructure dans la région de Dhofar (sud-ouest d’Oman) en coopération avec la société omanaise Rural Areas Electricity Company.

Masdar a été chargée par Abu Dhabi, la plus riche des sept entités qui forment les Emirats arabes unis, de développer sa production d’énergies renouvelables afin qu’elles puissent couvrir 7% de ses besoins énergétiques d’ici 2020.

La compagnie émiratie avait annoncé le mois dernier un partenariat avec les firmes norvégiennes Statoil et Statkraft pour la construction d’une ferme éolienne off-shore en Grande Bretagne, capable de fournir 410.000 foyers en électricité.

Source: AFP et Romandie.com

Par La Rando

Energie éolienne aux Emirats arabes unis

dubai eolienne uaeLes Emirats sont une force motrice dans le financement de l’énergie éolienne à l’étranger, mais cette source d’énergie verte présente aussi un vaste potentiel à l’intérieur du pays.
L’attention se concentre ainsi sur le potentiel éolien d’endroits tels que les émirats du Nord et les îles telles que Sir Bani Yas.
Ces développements technologiques sont particulièrement pertinentes pour les Emirats, et Masdar, le spécialiste de l’énergie renouvelable d’Abou Dhabi, a pris les devants en investissant dans la cartographie du vent du pays et l’étude d’emplacements possibles pour les turbines.
L’unité de développement Mubadala de la société a plus de 1 milliard de dollars investis dans des projets d’énergie à travers le monde et est également un acteur clé dans la tentative de l’émirat pour atteindre 7 pour cent la capacité d’énergie renouvelable d’ici 2020.
Masdar ainsi est l’un des trois principaux investisseurs dans le premier projet d’énergie éolienne à l’échelle du Moyen-Orient en Jordanie.
La centrale éolienne Tafila de 117 mégawatts est prévue d’augmenter la capacité totale de production d’électricité du pays de 3 pour cent.
Le projet de cartographie éolienne consiste à identifier les meilleurs emplacements pour les sites de turbines potentiels.
Parmi les endroits à première vue favorables figure Sir Bani Yas Island, où Masdar a déjà présenté des plans pour un projet de 30 MW.
L’identification des emplacements commercialement viables pour l’énergie éolienne dans les Emirats est plus difficile, déclare Ahmed Al Awadi, le chef de soutien aux entreprises à l’unité de l’énergie propre de Masdar.
“Les Emirats du Nord sont montagneuses, et une installation éolienne implique la construction d’infrastructures supplémentaires pour accueillir les véhicules nécessaires pour le transport des turbines.’’
Les pales modernes de grandes éoliennes sont vastes, en effet, les plus grands fabriqués par Siemens sont de plus de 150 mètres, comparable à l’envergure d’un Airbus A380 superjumbo.
Mais même en l’absence de grands parcs éoliens, des petites turbines privées opèrent déjà dans le pays, notamment dans la région de Liwa.
D’après Siemens, l’un des plus grands joueurs du monde dans le domaine de l’énergie éolienne, le coût de production de l’énergie éolienne aux Etats-Unis a chuté de 43 pour cent depuis 2008, tandis que la puissance générée a bondi de 30 pour cent. 

Source: The National