Par La Rando

Aide de la Russie à la Syrie

syrie-qatarLe président syrien Bachar al-Assad a persisté jeudi dans son attitude de défi malgré plus de deux ans d’un conflit dévastateur, alors que ses troupes s’apprêtent à lancer l’assaut final contre la ville de Qousseir, théâtre depuis une dizaine de jours de violents combats entre rebelles et forces loyalistes.
Dans une interview à la chaîne Al-Manar du Hezbollah libanais diffusée jeudi, le président syrien a admis implicitement avoir reçu de son allié russe des systèmes sophistiqués de défense anti-aérienne et s’est dit sous «pression» pour ouvrir le front du Golan avec Israël. Il a aussi répété être «très confiant» dans la victoire de ses troupes face aux rebelles et n’a pas écarté de se présenter à la présidentielle de 2014, au grand dam de l’opposition politique et militaire qui exige son départ du pouvoir.
Malgré les difficultés à organiser une conférence de paix internationale visant à trouver une solution politique au conflit en Syrie, l’ONU a annoncé la tenue d’une réunion préparatoire le 5 juin à Genève entre représentants des États-Unis, de Russie et des Nations unies. Le régime Assad a donné son accord de principe à cette conférence initiée par Washington et Moscou, tout en refusant toute condition. L’opposition a quant à elle exclu sa participation tant que «des militants iraniens et du Hezbollah envahissent la Syrie» en allusion aux deux soutiens du pouvoir.
M. Assad a reconnu pour la première fois que le puissant mouvement chiite libanais du Hezbollah combattait aux côtés de ses troupes dans la ville stratégique de Qousseir (centre-ouest), proche de la  frontière libanaise, que les loyalistes affirment être sur le point d’en reprendre totalement le contrôle.
Alors qu’Israël s’inquiète de la livraison par la Russie de missiles S-300 au pouvoir à Damas, M. Assad, interrogé sur cette question, a implicitement reconnu en avoir reçus. Lire la suite sur Lapresse.ca

Par La Rando

Rien ne va plus en Syrie!

cheikh Mohamed Saïd Al BoutiLa Syrie est en deuil. Le président syrien Bachar Al Assad a décrété un deuil national à compter d’aujourd’hui suite à l’attentat-suicide à Damas qui a coûté la vie jeudi à 49 personnes, dont le célèbre et très respecté dignitaire religieux sunnite, cheikh Mohamed Saïd Al Bouti, et blessé près de 90 personnes, s’engageant à « nettoyer » le pays des extrémistes. « Je présente mes condoléances au peuple syrien pour le martyre de cheikh Mohamed Saïd Al Bouti, ce grand personnage de la Syrie et du monde musulman », a dit le président syrien dans un message publié dans la nuit de jeudi par les médias officiels.
Dans un télégramme de condoléances adressé pour l’érudit Al Bouti, sa famille et les familles des victimes, le président Al Assad a noté que le martyr Al Bouti, qui représentait la vraie voix de l’Islam, était tombé en martyr alors qu’il enseignait la vraie religion.
« Vous manquez à la tribune de la mosquée des Omeyyades ainsi qu’à la nation musulmane tout entière. Vous avez transmis le message correct de l’Islam (…) Ils vous ont tué pour avoir élevé la voix face à leurs idées obscurantistes visant à détruire les principes de notre religion clémente », a indiqué le président syrien.
Et d’ajouter : « Je jure au peuple syrien que ton sang, celui de ton petit-fils et de tous les martyrs de la patrie n’aura pas coulé gratuitement, car nous serons fidèles à tes idées en anéantissant leur obscurantisme et leur incroyance jusqu’à la purification du pays. »
Les autorités syriennes ont condamné dès jeudi l’attentat commis dans la mosquée Al Imane dans le quartier de Mazraa, où cheikh Al Bouti avait l’habitude de donner des cours de religion les lundis et jeudis, accusant les terroristes d’être derrière l’attaque, faisant allusion aux « rebelles jihadistes » armés, dont beaucoup font partie d’Al Qaïda, et représentent « l’opposition » à l’origine du déclenchement de la crise syrienne depuis deux ans.
Menaces de mort
Ces derniers ayant revendiqué nombre d’attaques armées dont des attentats-suicide et le mode opératoire de l’attentat de jeudi rappelle leur façon de faire, ont fait remarquer les autorités.
Bien que l’attentat n’ait pas été revendiqué, l’opposition syrienne, aidée par l’Occident et ses relais qatari et saoudien, a tenté de s’en laver les mains après s’être trouvée pointée du doigt.
Ainsi, jeudi soir, le chef de la coalition nationale de l’opposition syrienne, l’islamiste Ahmed Moaz Al Khatib, a condamné l’attaque en disant soupçonner « le régime » d’être derrière l’attentat.
« C’est un crime à tout point de vue que nous rejetons complètement », a-t-il déclaré. Mais des discours virulents à l’encontre du cheikh Al Bouti ont été tenus par les leaders de l’opposition et les religieux les ayant soutenus.
Les personnalités médiatiques controversées, connues pour leurs prêches sulfureux, tels que les milliardaires qatari, Youssouf El Qaradaoui – qui a appelé en direct au meurtre de Kadhafi sur Al Jazeera – et koweïtien, Mohamed Al Arifi – qui prétend que des anges sur des chevaux blancs font la guerre sainte en Syrie – ont appelé publiquement à l’assassinat de « toute personne, y compris les savants religieux, s’opposant à l’armée syrienne libre », le bras armé de l’opposition syrienne.
Présenté comme pro-régime syrien, Cheikh Al Bouti était célèbre pour ses prêches en faveur de la paix. Retransmis à la télévision de l’État tous les vendredis, il n’avait de cesse appelé les différents protagonistes de la crise syrienne à la retenue et au dialogue, privilégiant les solutions pacifiques et mettant en garde contre le recours à la violence.
Anti-impérialiste
Membre d’une grande tribu kurde, cheikh Al Bouti, né en 1929, était respecté dans tout le monde musulman. Fermement opposé à l’extrémisme et à l’obscurantisme, le religieux était connu pour des positions en faveur d’un « Islam tel qu’enseigné par le Coran, et non tel que dicté pas les Américains ».
Connu en Algérie pour avoir été le premier homme de religion arabo-musulman à condamner le terrorisme islamiste responsable du massacre de la population algérienne dans les années 1990, quand ce dernier était soutenu médiatiquement et financièrement par les wahhabites.
Cheikh Saïd Al Bouti dénonçait souvent, dans ses interventions, les courants salafistes et takfiristes des monarchies wahhabites du Golfe, principaux alliés des États-Unis dans la région, et mettait en garde contre l’application de l’agenda américain et de l’Otan dans la région.
Bien que des lieux de culte aient déjà été pris pour cible, la crise syrienne prend une tournure des plus alarmantes avec l’assassinat d’un des plus imminents théologiens musulmans de son époque.
Les réactions des pays voisins et des instances musulmanes, notamment de l’Organisation des Oulémas musulmans, qui a pour président son ennemi juré, Youssef El Qaradaoui, tardent à venir.
Seuls l’Iran et la Russie ont condamné l’attentat aux côtés des différents groupes de la résistance palestinienne, qui perd un important ami.
Un grand homme de paix
L’éminent théologien syrien d’origine turque est né en 1929. Il est diplômé de l’université d’Al Azhar au Caire et est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages traitant de religion, de philosophie et de littérature.
Le savant était régulièrement invité dans des conférences et colloques à travers le monde et était respecté de tous les musulmans.
Le cheikh Mohamed Saïd Ramadan Al Bouti a été présenté comme pro-Bachar Al Assad après le début de la crise syrienne en mars 2011.
Le religieux condamnait l’agenda américain des « rebelles » et ne cautionnait cependant pas le meurtre de civils par des militaires.
Il était célèbre pour avoir de tout temps dénoncé le salafisme et le takfirisme des wahhabites du Golfe, et s’est opposé à l’Organisation des Oulémas musulmans, notamment après être devenue « le bras religieux » de l’Otan, avec le « printemps arabe ».
Il a été le premier savant à condamner, les larmes aux yeux, les exactions des terroristes islamistes en Algérie.
Mehdia Belkadi
Source