Par La Rando

Victoire à Qousseir de la Syrie

victoire-syrieL’armée syrienne a promis, hier, “d’écraser” les rebelles à travers le pays, quelques heures après la capture du fief rebelle de Qousseir par ses forces épaulées des combattants du Hezbollah libanais. “Après les exploits successifs dans sa guerre contre le terrorisme organisé, nos forces armées affirment qu’elles n’hésiteront pas à écraser les hommes armés, où qu’ils soient et dans chaque recoin du territoire syrien”, a-t-elle affirmé dans un communiqué. “Nos forces armées ont pu à l’aube rétablir la sécurité à Qousseir et la nettoyer des terroristes (les rebelles, ndlr) après une série d’opérations délicates menées dans cette ville et dans les localités alentour”, ajoute le texte. L’armée a parlé d’ “une victoire réalisée par nos héros. C’est un message clair à tous ceux qui participent à l’agression contre la Syrie, à leur tête l’ennemi sioniste (Israël) et ses agents dans la région et sur le terrain”. “Les forces armées sont prêtes à faire face à toute agression contre notre patrie.

Bataille de Al Qusseir: Reportage de la chaîne Al Mayadeen TV

 

Notre bataille contre le terrorisme se poursuit pour ramener la sécurité et la stabilité sur chaque parcelle de notre territoire”, ajoute le texte, publié par l’agence officielle Sana. Dans le même temps, l’armée a promis de “faire preuve de clémence envers ceux qui baissent les armes, fuyant Qousseir ou tout autre lieu en Syrie”. Elle a appelé “les citoyens de Qousseir à rentrer sans inquiétude dans leurs foyers dans quelques jours”, assurant que “des civils ont été évacués de Qousseir et que les blessés sont soignés.” L’ONU avait demandé début juin aux belligérants d’épargner les civils et de les laisser quitter la ville. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) avait fait état de la présence de milliers de civils à Qousseir, dont un millier de blessés, et d’une situation sanitaire et médicale très mauvaise.

Source: Liberte Algerie

Par La Rando

La Turquie et la crise syrienne

turquie-syrieL’attentat du 11 mai, dans une région proche de la frontière syrienne, était-il un avertissement du régime alaouite à Ankara qui soutient depuis le début la résistance? Les autorités turques en sont convaincues.
La Turquie est-elle en train de payer son engagement dans la crise syrienne? Ankara a été la première capitale à dénoncer la répression sanglante du régime, dès le mois de juin 2011. Ankara en est aujourd’hui convaincu: Damas, qui veut lui faire payer son soutien à l’opposition, cherche à faire en sorte que la guerre déborde en Turquie. Le double attentat à la voiture piégée survenu samedi 11 mai dans la petite ville turque de Reyhanli, dans la province d’Hatay (Sud), a rapidement été interprété en ce sens. En février 2013 déjà, dans cette même localité, huit personnes avaient trouvé la mort dans l’explosion d’une voiture piégée. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan accuse Damas de vouloir entraîner la Turquie “dans un scénario catastrophe”.
En juin 2011, après avoir joué la carte de la diplomatie, Ankara hausse le ton. Le Premier ministre dénonce la répression effrénée du pouvoir baassiste. Un ton que le chercheur de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) Didier Billion qualifie de “va-t-en guerre”. Depuis l’été 2011, la diplomatie turque condamne avec fermeté le régime alaouite, soutient les insurgés, offre une base arrière à la rébellion et accueille des centaines de milliers de réfugiés. Une position de franc-tireur dans le concert des nations.  Lire la suite sur Lexpress