Qatar:Femmes d'affaires dans le monde arabe

femme+affaires+arabe+qatarDOHA: les femmes arabes sont plus nombreuses que les hommes dans l’enseignement supérieur et représentent plus de 75 pour cent des étudiants inscrits dans les collèges, mais le taux de participation de la main-d’œuvre pour les femmes dans la région reste parmi les plus bas au monde, selon la présidente du Forum international des femmes arabes.
S’exprimant lors d’une séance plénière sur les «Femmes d’affaires dans le monde arabe”, le troisième jour du Congrès mondial des Chambres, lors de ce Forum.
Les femmes sont la ressource la plus précieuse du monde arabe et nous n’avons même pas commencé à voir le potentiel pour puiser dans cette richesse de connaissances, l’éducation, la motivation et l’esprit d’entreprise qui est inhérent et enraciné dans la culture arabe selon Haifa Fahoum Al Kaylani.
Il est vrai que le nombre de femmes occupant des postes de niveau ministériel et d’autres rôles dans la vie publique a considérablement augmenté dans la dernière décennie, et nous voyons plus de femmes exercent une forte influence sur leurs communautés. Mais les femmes sont encore largement sous-représentées dans la région dans son ensemble. Mais la participation de la main-d’œuvre des femmes dans la région est à seulement 27 pour cent, le plus bas du monde.
Selon Haïfa, le Qatar a le taux le plus élevé de femmes qui travaillent on estime à 35 pour cent. Tandis que les femmes du Bahreïn et les Emirats arabes unis ont 30 pour cent et 28 pour cent, les femmes omanaises sont à 25 pour cent. En Arabie saoudite, 17 pour cent des femmes ont obtenu une représentation au travail.
Dans les Etats du Golfe seul, 48 pour cent de la population sont des femmes. Près de 57 pour cent des diplômés de l’université en Arabie Saoudite sont des femmes, mais les femmes représentent seulement 12 pour cent de la main-d’œuvre saoudienne, travaillant principalement dans le secteur public. Le taux de ressortissants femmes saoudiennes travaillant dans le secteur privé est juste de 6,9 ​​pour cent. Haifa a noté que les jeunes femmes étaient beaucoup plus vulnérables au chômage dans les pays MENA. Par exemple, le pourcentage de jeunes femmes égyptiennes diplômés a augmenté de six pour cent à 12 pour cent entre 1998 et 2006, mais le taux de chômage a augmenté de 19 pour cent à 27 pour cent dans cette tranche d’âge au cours de la même période.
En Cisjordanie et à Gaza, les femmes dans l’enseignement supérieur représentait 82 pour cent des femmes sans emploi, comparativement à seulement 12 pour cent pour les hommes en 2007.
En Jordanie, 26,5 pour cent des femmes contre 9,1 pour cent des hommes avec un diplôme de baccalauréat ou supérieur sont au chômage. Les femmes entrepreneurs ont tendance à être des utilisateurs prolifiques de la technologie de l’information et des médias sociaux. Dans le processus, de nombreuses entreprises appartenant à des femmes, en particulier dans les pays du CCG, attirent des investissements de capital de risque significatif, où dans de nombreuses autres parties de la région, les femmes ont encore du mal avec le financement de base au démarrage.