Prix de l’immobilier en Chine

Les prix baissent, mais modérément. Une reprise dans les grandes villes se dessine même. Longtemps redouté, l’éclatement brutal de la bulle immobilière semble de plus en plus improbable. Pour le neuvième mois de suite, les prix de l’immobilier en Chine, selon les enquêtes dévoilées hier, ont poursuivi leur baisse affichant –  5,1 % sur un an.

Ce recul apparaît toutefois de plus en plus inégal selon les endroits même si, toutes villes confondues, il ressort encore à –  0,4 % en janvier par rapport à décembre, après – 0,3 % ce mois-là.

A y regarder de plus près, les prix ont baissé, en variation mensuelle, dans 64 des 70 villes suivies par le Bureau national des statistiques. En décembre, c’était le cas pour 66 d’entre elles, dévoilant ainsi un léger raffermissement des prix.

Les logements neufs bénéficient d’un regain d’intérêt de la part des consommateurs attirés par un accès plus facile au crédit. C’est notamment le résultat de la baisse des taux d’intérêt, décidée en novembre, qui a permis, dès le mois suivant, d’inverser la tendance. Cela a permis, du même coup, de tourner le dos à douze mois de baisse. Shenzhen, située en face de Hong Kong, a ainsi été en décembre la première des grandes agglomérations à voir ses prix se raffermir légèrement (+ 0,3 %). L’ancienne zone économique spéciale a été suivie dans ce mouvement en janvier par Ganzhou, une ville située dans la province de Jiangxi (sud-est) où les prix s’affichent en hausse en moyenne de 0,2 %.
Lire la suite sur LesEchos…

Noter cet article