Manifestations au Koweït

manifestation-koweitKOWEIT – La police anti-émeutes a utilisé du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes mercredi soir à Koweït pour disperser des milliers de manifestants de l’opposition, dont plusieurs ont été blessés, selon des témoins.
Les manifestants s’étaient rassemblés pour protester contre une opération menée dans la journée par la police anti-émeutes à la résidence d’un dirigeant de l’opposition, l’ancien député Mussallam al-Barrak.
Des manifestations de soutien à M. Barrak, condamné lundi à cinq ans de prison pour un discours jugé diffamatoire envers l’émir du Koweït avaient déjà rassemblé des milliers de personnes lundi et mardi.
Les heurts de mercredi soir sont les premiers survenus depuis trois mois au Koweït.
Les violences ont éclaté quelques heures après l’opération menée par des policiers anti-émeutes équipés de fusils d’assaut au domicile de M. Barrak, un ancien député de l’opposition. Les policiers voulaient arrêter M. Barrak, qui n’a pas obtempéré à plusieurs convocations, et l’incarcérer pour qu’il purge sa peine de cinq ans de prison.
Une foule estimée à 10.000 personnes a alors marché sur un poste de police situé dans le sud-ouest de la capitale. Les manifestants ont été repoussés par la police avec du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes et ont répliqué en lançant des pierres et des fusées d’artifice. Lire la suite sur Romandie.com…