Le développement du Sud de l'Algérie

La première rencontre régionale de concertation qui s’est tenue dimanche à Ghardaïa a permis aux représentants du gouvernement et ceux des acteurs locaux d’échanger et de partager leurs visions afin d’agir ensemble en faveur du développement du sud du pays.Dans un débat franc et sans aucune retenue, cette rencontre qui a concerné la région sud-est du pays, a témoigné que le développement de l’Algérie en particulier le sud, ne pourrait se faire sans la conjugaison des efforts et un partage de responsabilités entre les décideurs et les acteurs locaux.
“Nous sommes venus vous écouter et partager avec vous les solutions possibles”, a declaré le ministre des Ressources en eau, M. Necib en s’adressant à une salle archicomble d’investisseurs, d’agriculteurs et de notables venus des cinq wilayas du sud-est du pays (Ghardaïa, Laghouat, Biskra, El Oued et Ouargla).
Avant de donner la parole aux acteurs locaux, le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Abdelkader Ouali a noté que la concertation sur le développement du sud “appelle à l’entraide” et au “principe de la participation”.
Pour lui, cette rencontre “marque le début d’un processus de concertation autour d’une vision commune, celle d’impulser la dynamique de développement des régions du sud dont les programmes engagés témoignent d’une volonté franche et profonde de l’Etat vis à vis des populations”, a-t-il soutenu.
De par la dominance agricole dans ces régions, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa a précisé dès le départ que cette rencontre n’était pas “une rencontre syndicale ou de distribution de biens, mais une occasion de partager une vision”.
“Il s’agit d’une rencontre de participation, de concertation et de rassemblement de forces matérielles et humaines pour relever le défi du développement. Nous allons partager les responsabilités, et c’est ça le cœur du sujet”, a-t-il dit.
Lire la suite…